Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« Carême Vegan » : laissons les idéologues en dehors de la foi

POPE FRANCIS GENERAL AUDIENCE
Antoine Mekary | ALETEIA
Partager

Une ONG américaine invite le pape François à manger Vegan pendant 40 jours en échange d’un million de dollars, à l’occasion du carême qui débutera cette année le 6 mars. Des personnalités comme Joaquin Phoenix ou Yann Arthus-Bertrand soutiennent cette initiative.

L’organisation Million Dollar Vegan insiste même dans son communiqué : « Chaque personne qui mangera Vegan durant le carême économisera l’équivalent carbone d’un vol Londres-Berlin. Si tous les catholiques de la planète faisaient de même, cela équivaudrait à une économie égale à l’ensemble des émissions annuelles d’un pays comme les Philippines. » Imparable. L’objectif est d’ailleurs tout à fait louable et semble même justifié puisque le souverain pontife a choisi d’inscrire son pontificat dans les pas de saint François d’Assise.

L’écologie intégrale de Laudato si’

Dans son encyclique Laudato si’, le Pape écrit à propos du Poverello : « Son témoignage nous montre aussi qu’une écologie intégrale requiert une ouverture à des catégories qui transcendent le langage des mathématiques ou de la biologie, et nous orientent vers l’essence de l’humain. Tout comme cela arrive quand nous tombons amoureux d’une personne, chaque fois qu’il regardait le soleil, la lune ou les animaux même les plus petits, sa réaction était de chanter, en incorporant dans sa louange les autres créatures. » François insiste même plus loin (35) : « Les routes, les nouvelles cultures, les grillages, les barrages et d’autres constructions prennent progressivement possession des habitats, et parfois les fragmentent de telle manière que les populations d’animaux ne peuvent plus migrer ni se déplacer librement, si bien que certaines espèces sont menacées d’extinction. » L’écologie intégrale suppose une protection globale de l’humain, de la nature, des écosystèmes face à la culture du déchet qui empoisonne le monde moderne.

Le veganisme : une dérive idéologique

Le veganisme, mode de vie qui suppose la non-consommation de produits d’origine animale, est compréhensible. L’exploitation des animaux, leur condition de vie, leur souffrance, bref, l’enfer dans lequel ils vivent le plus souvent doivent nous interpeller. L’élevage intensif est un drame tant pour l’environnement que pour les créatures torturées et abattues de façon effroyable. Seulement, comme toute idéologie — ou morale individuelle qui cherche à engranger de plus en plus d’adeptes en remodelant leur façon de vivre — le veganisme touche à l’intime, à savoir notre alimentation. Cette intrusion dans nos habitudes les plus banales a quelque chose de gênant et d’infantilisant, à grands renforts de campagnes publicitaires et de promotions médiatiques, comme l’atteste ce nouveau battage à l’occasion du carême. Avec Laudato si’, le pape François a eu davantage d’écho dans l’opinion mondiale sur la protection de l’environnement que n’importe quel coup d’éclat associé à des noms ronflants du show business. Les catholiques n’ont pas besoin d’une ONG qui promet une somme d’argent pour être sensibilisés à cette problématique.

Symboliquement, la nourriture est ce que le Seigneur offre chaque jour aux hommes : c’est un don et l’être humain — croyant ou non — se nourrit de ce qu’il veut et surtout de ce qu’il peut. Proscrire un aliment, c’est supposer que chaque homme a le choix de manger ce qu’il souhaite, or, nous le constatons chaque jour dans nos rues ou à travers la triste actualité : se nourrir relève souvent du défi. Vouloir imposer un « régime vegan » en utilisant l’image du Pape relève d’une sorte de mépris de classe et de l’inconscience totale de la misère.

Le carême, bien plus qu’une privation

Enfin, réduire le carême à un simple régime alimentaire est plus que réducteur. En Matthieu 15, nous trouvons ces paroles de Jésus : « Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui rend l’homme impur ; mais ce qui sort de la bouche, voilà ce qui rend l’homme impur. » Il y a une différence fondamentale entre le message des Évangiles et une publicité Comme J’aime ! Si cette période qui précède la fête de Pâques invite chaque catholique à la privation et au contrôle, elle ne se réduit pas au simple fait de manger du riz et des haricots. Le carême est bien plus que cela ! Sa force spirituelle réside justement dans l’introspection, il invite chaque homme à examiner sa conscience et à faire le point sur ses fautes et ses péchés pour renaître lors de la nuit pascale. Cela passe bien sûr par une attention à ce qu’il y a dans l’assiette, mais aussi à ce qui se loge au fond de notre âme et nos pensées les plus noires. De ce point de vue, Million Dollar Vegan commet une double faute en utilisant l’aura médiatique du Pape et en ne comprenant pas l’ascèse corporelle et morale qui confère à cette période de l’année sa dureté mais aussi sa quête de pureté. Gageons que ce mois soit utile et fructueux pour ces spécialistes du coup d’éclat médiatique afin de cheminer vers davantage d’humilité et d’esprit.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Le Top de Julien Leclercq
  1. Les plus lus
    |
    Les plus partagés
Afficher La Suite
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]