Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 27 juillet |
Sainte Nathalie et ses compagnons
home iconFor Her
line break icon

Trois conseils de saint Jean Bosco aux parents de garçons

BOYS PLAYING

Lars Plougmann | Flickr CC by SA 2.0

Fr. Michael Rennier - Publié le 30/01/19

Parfois tendres et vulnérables, parfois rebelles et agressifs, les garçons peuvent constituer un véritable défi pour leurs parents. Saint Jean Bosco, prêtre italien fondateur de l’ordre des Salésiens, fournit trois pistes pour mener à bien la délicate mission d’élever des fils.

Élever des garçons est une mission particulière. Globalement, ils sont plus physiques et plus énergiques que les filles, ils se développent un peu plus lentement sur le plan scolaire et subissent des flambées de testostérone qui intensifient leurs émotions. Souvent, les garçons ont du mal à rester concentrés à l’école ou sur leurs devoirs à la maison. Ils réagissent parfois avec agressivité lorsqu’ils se sentent vulnérables et qu’ils ne savent pas comment l’exprimer. Alors, comment pouvons-nous, en tant que parents, survivre à ce tourbillon et aider nos fils à devenir des hommes ?

Saint Jean Bosco a quelques idées sur la question. Né en Italie en 1815, dans une famille pauvre de paysans, il perd son père alors qu’il n’a que deux ans. Il n’était pas bon à l’école et passait la plupart de son temps dehors, comme berger. Finalement, il surmonta son manque d’éducation et devint prêtre. Toute sa vie, il manifesta une profonde compassion pour les jeunes orphelins.




Lire aussi :
Le jour où Don Bosco rêva des petits diables qui nous distraient pendant la messe

Une fois prêtre, il rassembla autour de lui un groupe de garçons qu’il hébergea, nourrit, vêtit et éduqua. Parfois, ce groupe pouvait atteindre jusqu’à 500 personnes. Il recevait souvent de l’aide de la part des jeunes hommes qu’il avait pris sous son aile, preuve que son modèle était un succès. Voici quelques principes que don Bosco a appliqués pour faire de ses protégés des hommes.

Prévenir, pour éviter les punitions

La punition ne fait que rendre plus fort. Bien sûr, les parents doivent avoir un système de discipline, mais saint Jean Bosco a insisté pour que la punition ne fonctionne pas à elle seule. Il enseigne que « sans confiance et sans amour, il ne peut y avoir de véritable éducation ». Il a élaboré un ensemble de règles et en a informé ses garçons, pour éviter les infractions et minimiser les sanctions.


ENFANT PUNIT

Lire aussi :
7 conseils à lire avant de punir un enfant

L’objectif est d’apprendre à nos fils à aimer être bons pour le bien de chacun, et non pour éviter d’être punis. Des attentes parentales claires, conjuguées à un amour constant et au respect, leur donneront les outils nécessaires pour devenir des adultes responsables.

Passer du temps de qualité, surtout avec leur père

En tant que père de substitution, saint Jean Bosco était incroyablement gentil avec ses petits protégés, et généreux de son temps. Il courait avec eux, grimpait aux arbres avec eux et participait à leurs jeux. Il leur montrait des tours de magie, de la jonglerie et des acrobaties. Il les a encouragés à s’amuser et n’a pas insisté pour lutter contre leur nature enfantine. En se joignant à eux, il a tissé des liens très forts, et leur a montré que les hommes peuvent développer l’amitié par le jeu. Passer du temps de qualité avec son père permet de créer ce lien nécessaire à la construction de la personnalité de l’enfant.


FAMILY

Lire aussi :
Combien de temps les Français passent-ils avec leurs enfants ?

Donner des responsabilités

Don Bosco faisait tout pour que ses garçons gagnent leur vie. Il obtenait pour eux des emplois d’apprentis et de commis. Il leur a appris le latin et leur a montré comment servir la messe. Ses garçons aimaient jouer, mais ils savaient aussi quand il était temps de devenir sérieux. Les garçons s’épanouissent lorsqu’on leur confie des tâches.

Les enfants de chœur aiment servir, parce qu’ils ne peuvent pas rester immobiles pendant la messe : ils s’ennuient. Confiez une responsabilité à un garçon, et la plupart du temps, il sera à la hauteur du défi.


ANGRY MOTHER

Lire aussi :
Asseoir son autorité sans fessée, est-ce possible ?

Tags:
EnfantsFamilleparents
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
2
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
3
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
4
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
5
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
6
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
7
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement