Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 01 décembre |
Saint André
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Saint Jean Bosco, un pionnier de l’éducation bienveillante?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
web3-punish-child-parent-girl-shutterstock.jpg

Shutterstock

Thérèse Puppinck - publié le 30/01/22

Après 54 années de pratique éducative, saint Jean Bosco laisse à son bras droit, Don Rua, un texte intitulé "Des châtiments à infliger dans les maisons salésiennes". Ce petit traité est une parfaite illustration du système pédagogique salésien qui a révolutionné en son temps le monde des éducateurs.

Dès l’âge de neuf ans, Don Bosco a révélé une vocation de pédagogue. Malgré ce talent inné, il a toujours été soucieux de se former, et il était particulièrement attentif aux inspirations de l’Esprit-Saint. Pour lui, l’éducation n’est pas une fin en soi ; il ne cherche pas à faire correspondre les enfants dont il s’occupe à des critères sociétaux. Il souhaite les éduquer pour le Ciel. Si les enfants sont élevés chrétiennement, en vue du salut de leur âme, tout le reste viendra par surcroît. C’est pourquoi Don Bosco inclut dans son système éducatif la notion de péché et de pénitence. Voici cinq principes tirés de ses écrits et de sa pratique.

1La punition doit être comprise par l’enfant

Pourquoi est-on parfois contraint de punir ? La punition peut être nécessaire pour réparer une faute, remettre de l’ordre après un désordre induit par le péché. Elle est aussi donnée pour un bien plus grand, pour le bien de l’âme de l’enfant ou de l’adolescent. Cependant, pour être bénéfique, la punition doit être comprise et acceptée par l’enfant, sinon elle est inutile, voire même dangereuse car elle risque de l’enfoncer encore davantage dans son erreur.

Quel type de faute doit-on punir ? Don Bosco recommande d’être très indulgent pour tout ce qui n’est pas péché. Il donne à ses garçons un minimum de contraintes et un maximum de liberté, tant que cette liberté ne nuit pas à la bonne marche de la maison. « Criez, chantez, dansez, si bon vous semble, leur dit-il. L’important est que vous n’offensiez pas Dieu. Tout de même, rajoute-t-il avec son humour habituel, n’abimez pas trop mes murs. » Ne pas exaspérer les enfants avec des règles trop strictes, mais n’exiger d’eux que l’essentiel leur permet aussi de comprendre ce qui est vraiment important ou grave. Les « gamineries », comme les appellent Jean Bosco, sont à prendre avec humour et non avec sévérité.

3La punition en dernier recours

A quel moment faut-il punir ? Le saint est très clair : « Punissez le plus tard possible et après avoir essayé tous les autres moyens. » Pour lui, il existe de nombreuses étapes avant la punition : les avertissements répétés, la prière, le conseil indirect, l’intervention d’un tiers, qui sera peut-être davantage écouté par l’enfant. La punition n’intervient qu’en dernier recours, quand on n’a pas réussi à faire appel ni à la raison, ni à la conscience de l’enfant, ni à sa foi ni à son cœur. De ce fait, le saint exclut totalement la punition donnée à l’instant de la faute, sous le coup de la colère, que ce soit la colère de l’enfant ou celle de l’adulte. Il recommande, avant la punition, de toujours laisser à l’enfant ou à l’adolescent le temps de la réflexion.

4Le ton de l’éducateur

Si la punition est inévitable, Jean Bosco ne parle jamais au fautif sur le ton de la colère, il fait très attention à ne pas lui montrer de mépris. Au contraire, il lui parle avec douceur et amour, en prenant le temps de lui expliquer les motifs de la punition. Cette discussion se fait en tête à tête, jamais devant un tiers. « La punition, écrit le saint, doit être donnée à l’écart, en essayant encore de persuader l’enfant par des arguments de raison et de foi ». La punition ne doit pas être humiliante, afin de ne pas blesser l’enfant.

5La juste mesure

Enfin, comment doser la punition ? Elle doit être intelligente et choisie dans la prière. La plupart du temps, l’enfant ou l’adolescent pèche par légèreté, par manque de réflexion. C’est pourquoi l’éducateur doit toujours être incliné au pardon et à la miséricorde, sans toutefois tomber dans la faiblesse. Don Bosco n’hésite pas à lever la punition dès qu’il voit que l’enfant comprend sa faute et s’en repend sincèrement.

Comme l’écrit Don Bosco, si l’on suit ces principes, les punitions sont assez rares. Elles deviennent sources d’éducation et font appel à la conscience de l’enfant, à ses bons côtés, pour l’aider à vaincre ses mauvais penchants. Selon saint Jean Bosco, tout éducateur « doit être lent à punir et très prompt à oublier. ». Justice et charité sont les maîtres mots d’une punition choisie avec tempérance et prudence.

La suite est réservée aux membres Aleteia Premium

Vous êtes déjà membre ?

Gratuit et sans aucun engagement :
vous pouvez résilier à tout moment

et je bénéficie des avantages suivants

Aucun engagement : vous pouvez résilier à tout moment

1.

Accès illimité à tous les contenus « Premium »

2.

Accès exclusif à la publication de commentaires

3.

Publicité limitée aux partenaires de Aleteia

4.

Accès exclusif à notre prestigieuse revue de presse internationale

5.

Réception exclusive de la newsletter “La lettre du Vatican”

6.

550 monastères accueilleront vos intentions et les porteront dans leur prière quotidienne

Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Et vous soutenez le média qui porte vos valeurs chrétiennes
Tags:
ÉducationEnfants
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement