Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La liberté toute relative face au nouveau dépistage de la trisomie 21

BADANIE USG
Shutterstock
Partager

Le nouveau dépistage de la trisomie 21, plus efficace, apparaît comme un progrès. Mais le dépistage n’a de sens que si l’on est déterminé à avorter l’enfant malade.

Depuis le 18 janvier, le nouveau test de diagnostic prénatal de la trisomie 21 est remboursé par l’assurance maladie. Le test en question consiste en la recherche d’ADN fœtal circulant dans le sang maternel. Il sera proposé aux femmes présentant un risque supérieur à 1 sur 1000 de porter un enfant trisomique, risque évalué par l’âge maternel, les « marqueurs sériques » et la mesure par échographie de la clarté nucale.

Un nouveau test présenté comme un progrès

Le DPNI est un nouvel outil présenté comme un progrès. « Progrès » en raison de son efficacité. Le taux de détection est supérieur à 99%, ce qui réduira le nombre d’enfants trisomiques qui passeront à travers les mailles du filet. « Progrès » car le test donnera des résultats plus précocement, à dix semaines d’aménorrhée, l’IVG étant alors possible sur demande de la mère. Précédemment, le diagnostic prénatal plus tardif conduisait à une interruption médicalisée de grossesse (IMG), dans un cadre plus lourd médicalement et administrativement.

Lire aussi : Trisomie 21 : un nouveau dépistage, moins invasif, plus radical

Pour ceux qui considèrent que la pratique eugénique d’avortement des trisomiques est une fatalité, le DPNI peut apparaître comme un progrès car il limitera le recours à l’amniocentèse, geste invasif.

Une liberté toute relative

La Haute Autorité de Santé, la HAS, vient de publier une fiche d’information à destination des femmes enceintes et des soignants qui les prennent en charge. À première vue, le document semble plutôt équilibré et la liberté des parents de ne pas recourir au diagnostic prénatal est clairement formulée. Liberté en réalité toute relative. Il ne faudrait pas sous-estimer l’écrasante pression sociale, relayée par nombre de soignants, médecins et sages-femmes.

Lire aussi : Le dépistage de la trisomie 21 désormais remboursé par la Sécurité Sociale

Le document de la HAS omet de dire que le dépistage n’a de sens que si l’on est déterminé à avorter l’enfant malade. Enfin et surtout, la HAS décrit le trisomique par la trisomie… et non pas l’enfant, accessoirement porteur de trisomie. Cette perspective déshumanisante est tragique.

Pour changer de regard

Pour changer de regard sur la personne handicapée, allons plutôt voir le film de Frédérique Bedos sur Jean Vanier : Jean Vanier, le sacrement de la tendresse. Il est encore en salle…

Tribune publiée en partenariat avec RCF Nord-de-France.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]