Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le dépistage de la trisomie 21 désormais remboursé par la Sécurité Sociale

PREGNANT WOMAN
By Image Point Fr | Shutterstock
Partager

Trois arrêtés publiés le 20 décembre 2018 au Journal Officiel introduisent définitivement le dépistage prénatal non invasif (DPNI) de la trisomie 21 dans le parcours des femmes enceintes.

Révolution pour les uns, dérive eugéniste pour les autres, le test par prise de sang pour dépister la trisomie 21, moins invasif que l’amniocentèse, sera désormais remboursé par la Sécurité Sociale pour les femmes enceintes considérées à risque. Jusqu’à présent, à moins que les parents ne s’y opposent, chaque grossesse faisait déjà l’objet d’un dépistage prénatal avec l’échographie du premier trimestre et les marqueurs sériques dosés suite à une prise de sang.

Le nouvel arrêté intègre le DPNI en deuxième intention pour les femmes dont le risque est évalué entre 1/50 et 1/1000, reprenant les recommandations de la Haute Autorité en Santé publiées en 2017. Le remboursement sera désormais effectué par la Sécurité Sociale selon ces « nouvelles » conditions de prescription. Il représente un coût de 380 euros.

Lire aussi : Maman de jumeaux, dont l’un trisomique, elle raconte leur histoire sur Instagram

Autre modification majeure : l’élargissement du seuil des grossesses dites « à risque ». Alors qu’il était fixé à 1/250, il est aujourd’hui fixé à 1/1000, multipliant ainsi le nombre de femmes enceintes qui seront inquiétées.

Pour Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune, il s’agit d’une discrimination majeure vis-à-vis des personnes trisomiques vivantes, et à naître : « En valorisant la vie des enfants non atteints, à épargner grâce au test non invasif, on nie la valeur de la vie des enfants atteints de trisomie 21. Le DPNI active une discrimination qui délivre un message de rejet violent aux personnes trisomiques et à leurs proches. »

Lire aussi : Justice : le préjudice des frères handicapés

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]