Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Votre famille vous pompe l’air ? Ce conseil va sauver votre journée

maman fatiguée
© Shutterstock
Partager

Que ce soit pour régler un conflit entre vos enfants ou éviter de vous disputer avec votre conjoint, cette astuce, en plus d’être utile, est aussi très drôle.

« Bénissez ceux qui vous persécutent ; souhaitez-leur du bien, et non pas du mal » est-il écrit dans la lettre de saint Paul aux Romains (Rm 12, 14). Cette saine recommandation apparaît à plusieurs reprises dans le Nouveau Testament (Lc 6, 28 ; 1 Cor 4, 12). Pas étonnant que saint Benoît de Nursie ait repris cette invitation dans sa règle écrite en 540 pour guider ses disciples, pionniers de la vie monastique : « Ne pas maudire ceux qui nous maudissent mais plutôt les bénir ». Ce genre de conseil peut aussi faire son effet pour maintenir la paix au sein d’un foyer… et, ce faisant, à rire un peu.

Désarmer son « agresseur »

Jugez plutôt. Sarah Johnson, une mère de famille américaine raconte à Aleteia comment elle a acheté un exemplaire du livre de saint Benoît sur les conseils d’un ami : « Tu es toute la journée à la maison avec tes sept garçons ; c’est un peu comme diriger un monastère, non ? » lui suggérait-il. Il n’a pas tort. Avec du recul, la règle de saint Benoît est un authentique guide pour la prière et tout à la fois les repas et les tâches pratiques qui incombent à n’importe quel groupe de personnes qui vit sous le même toit… comme une famille par exemple. Il convient toutefois d’avertir les lecteurs qui décideraient d’utiliser cette règle de saint Benoît que les conseils relatifs à la pénitence, comme le « jeûne rigoureux », ne sont évidemment pas applicables à l’éducation des enfants.

Mais alors comment peut-on, en pratique, « bénir ceux qui nous maudissent », comme on y est invité à le faire dans le chapitre 4 de la Règle de saint Benoît ? Après avoir lu l’ouvrage, Sarah Johnson a engagé la conversation avec ses enfants et son mari sur ce sujet. Son conjoint a acquiescé : « Flattez quelqu’un qui vous insulte et vous allez le désarmer totalement », a-t-il estimé. Il ne restait plus qu’à mettre en pratique cette technique aussi étonnante qu’efficace. Ce qui advint quelques heures plus tard, la famille Johnson s’apprêtant à recevoir des amis pour le dîner. « Alors qu’on attendait nos invités, mon mari, a décidé de faire la chose la plus logique pour préparer la soirée : installer le carrelage de la douche ! raconte Sarah Johnson. Même si nos amis ne montent jamais et ne vont certainement pas prendre une douche, c’était important pour lui de leur faire visiter la maison. Il courrait partout, le visage rougi, me regardant avec des yeux accusateurs et maugréant : « Quelqu’un a changé mes outils de place … quelquun les a bougés ». Au lieu de me défendre comme je l’aurais fait d’habitude, je lui ai souri, j’ai pris une profonde respiration et je lui ai fait un compliment que j’avais préparé l’après-midi même : « Tu as un corps de rêve et une très belle âme. » Il est resté sans voix et totalement désarmé, au point d’en laisser tomber sa spatule de mastic. On a ri de bon cœur et nous avons finalement passé un très agréable moment avec nos amis. »

« Ne donnez pas une paix feinte »

Le conseil de saint Benoît peut vraiment être une arme amusante qui pacifie les conflits et permet de prendre de la distance par rapport à certaines situations. Sarah Johnson raconte en riant : « Ce matin, l’un de mes fils a dit à son frère “tu as un avatar magnifique“, au beau milieu d’une dispute pour un jeu vidéo ! » Sarah ajoute ensuite que lors du dîner avec leurs amis, cela lui a permis de se concentrer plutôt sur les nombreuses qualités de son mari, au lieu de se focaliser sur ses excentricités qui l’agacent.

Il ne s’agit pas ici de suggérer que tout le monde devrait mettre fin à une situation grave ou abusive en faisant simplement un compliment à son une personne qui nous agace, loin de là. « Ne donnez pas une paix feinte » est d’ailleurs un des autres précieux conseils que saint Benoît donne dans sa règle. L’objectif est de créer une vie familiale harmonieuse et sincère. Si on sait qu’un dîner de famille s’annonce houleux, on peut dresser une liste de compliments authentiques pour nos proches. Ainsi, on trouve cette harmonie plus rapidement, pour de nombreuses raisons. Et pour ne citer que l’une d’elles, on ne se permet plus d’ignorer les nombreuses qualités d’un être cher en raison d’une seule erreur, réelle ou perçue. En effet, un compliment offert dans un moment de tension détourne l’attention des petits défauts pour permettre de se concentrer sur les plus grandes qualités. Pour le bien de tous.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]