Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La gratitude, un formidable outil d’évangélisation ?

© café | Pixabay
Partager

Faire preuve de gratitude, c’est savoir reconnaître les bienfaits reçus et remercier pour cela. Quand la gratitude sait trouver sa place dans la vie quotidienne, elle permet de se tourner vers le Créateur. N’est-elle pas un outil d’évangélisation efficace ?

Même les neurosciences le disent : pratiquer la gratitude quotidiennement serait un gage de bonne santé physique et relationnelle. Puissante, bienfaisante et transformante, elle favorise le sommeil, diminue le stress, a des effets bénéfiques sur le cœur, l’humeur, le diabète, le vieillissement, réduit l’anxiété et augmente même la durée de vie. Bref, ses effets sont spectaculaires ! Alors, à bas les masques anti-stress et les crèmes antirides et vive la gratitude ? Au-delà de ces résultats bons pour la santé physique, intellectuelle et émotionnelle, pourquoi ne pas aller plus loin, en faire une formidable arme spirituelle et développer des personnalités habitées par la gratitude ? C’est que propose le « parcours gratitude » mis en place en 2018 dans la paroisse Saint-Joseph du Pont-du-Las (Var) pendant le Carême par le père Lionel Dalle, aujourd’hui vicaire général du diocèse de Toulon.

© Lionel Dalle
Le père Lionel Dalle.

Un sujet qui rejoint chacun

« Je cherchais un sujet qui puisse être à la fois anthropologique, évangélisateur, et qui rejoigne les gens », confie l’ancien curé de paroisse à Aleteia. S’appuyant sur le livre de Pascal Ide intitulé Puissance de la gratitude, il a donc monté un parcours sur ce thème afin de proposer à ses paroissiens une expérience de transformation intérieure. « L’objectif est de faire de la gratitude une vertu afin qu’elle devienne permanente dans toute la vie », poursuit-il. Alors que parfois, on est dans une fausse humilité, dans la mésestime de soi-même, cet itinéraire en cinq étapes propose de prendre conscience de la puissance de la gratitude pour l’inscrire dans sa vie, tout en ayant réalisé qu’on est « une merveille ».

Lire aussi : Les grâces de la gratitude

« Tout ce qui m’arrive, je peux le vivre avec Dieu »

« Je l’ai pris comme une force pour l’évangélisation, un point d’entrée. Je suis frappé de voir à quel point toutes les questions de développement humain ont aujourd’hui un attrait incroyable, continue-t-il. Or, l’Église a une vision très juste de l’Homme, une parole très intéressante à ce sujet. Je trouvais dommage qu’elle n’apporte pas sa pierre à l’édifice. Le risque du développement personnel est de s’enfermer soi-même. Il n’y a pas cette ouverture à Dieu et à la puissance de la grâce. L’idée du parcours est de réorienter cela vers Dieu et les autres. Le mot “gratitude” est utilisé dans le monde du coaching mais sa réalité, c’est qu’il est au cœur de la foi chrétienne. D’ailleurs, “eucharistie” signifie “rendre grâce”. L’idée de ce parcours, c’est de se dire que tout ce qui m’arrive, je peux le vivre avec Dieu. Tout est un cadeau. Être croyant en Dieu dans la foi chrétienne nous donne des raisons extraordinaires d’être dans la gratitude. Nous n’avons rien à craindre ».

Changer son regard

Chaque rencontre se décline en quatre temps : tout d’abord, 20 minutes de louange, puis 20 minutes d’enseignement, suivies de 20 minutes d’échanges en petits groupes, et enfin, 20 minutes d’adoration. Ensuite, le travail personnel est nécessaire ! « Une vertu ne se développe que si on la pratique, si on répète », précise le pasteur enthousiaste. Les personnes qui suivent le parcours reçoivent donc un livret qui leur propose une multitude de petits exercices. Comme noter chaque soir « les trois kifs du jours » dans un carnet de gratitude. Ou dresser la liste de quinze moments exceptionnels de sa vie. Ou encore changer de vocabulaire lorsque l’on est confronté à de petites contrariétés, par exemple en changeant le traditionnel « m***, encore une poisse ! » en « tiens, cela ne m’était pas encore arrivé, c’est une expérience ! ». De petits exercices qui permettent finalement de relativiser bien des choses.

Lire aussi : 7 citations de saints qui expriment la gratitude

La première édition a rassemblé 300 personnes. « Sur ma paroisse, une personne a suivi toute la série alors qu’elle n’était pas venue à l’église depuis 20 ans. Elle avait vu l’évènement sur Facebook », raconte le père Lionel Dalle. Un exemple qui suffit à le convaincre que son intuition est probablement la bonne. « Ce parcours peut être une manière de se retourner vers Dieu plus facile que la messe. C’est un moyen pour cheminer ensemble qui convient à un public large, aussi bien à des gens éloignés que proches de la foi ». L’idée a été reprise dans plusieurs paroisses, aussi bien à Hyères (Var) qu’à Dinard (Ille-et-Vilaine). À l’église Saint-Louis d’Hyères, ils étaient 500 à suivre le parcours pendant l’Avent 2018. Et de nombreuses équipes sont sur le point de le proposer. Incontestablement, c’est un formidable outil d’évangélisation, d’abord pour chaque chrétien.

En images : les conseils de grands saints pour entrer dans une dynamique de gratitude
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]