Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 12 avril |
Saint Jules Ier
home iconCulture
line break icon

Saints-Martin-et-Sébastien, l’église qui veille sur la Garde suisse

Xavier Le Normand - Publié le 02/01/19

La basilique Saint-Pierre, la chapelle Sixtine et même la paroisse Sainte-Anne sont connues des visiteurs et pèlerins du Vatican. Mais le petit État compte d’autres lieux de prière, habituellement fermés au public. Découvrez aujourd'hui l'église Saints-Martin-et-Sébastien.

L’église des Saints-Martin-et-Sébastien semble avoir fait siennes les vertus de la communauté pour laquelle elle a été construite, la Garde suisse : présente au plus près, mais dans la discrétion. Ainsi, cette petite église jaune se trouve juste à côté du Palais apostolique et dans l’ombre de la basilique Saint-Pierre. Mais pour le pèlerin de passage, elle ne peut être aperçue qu’en levant les yeux au bon endroit, sous la colonnade de Bernin.

Saints-Martin-et-Sébastien tranche pourtant avec sa gigantesque voisine. Le bâtiment est ainsi de dimensions modestes et — mis à part son ton ocre — sa façade est pour le moins sobre. Comme les Gardes suisses, elle semble vouloir manifester sa présence aux côtés des chefs de l’Église catholique successifs, sans pour autant attirer à elle les regards.


SAINT STEPHEN ABYSSINS

Lire aussi :
Saint-Étienne-des-Abyssins, la plus ancienne église du Vatican

Le nom de l’église a bien sûr été choisie en fonction de sa communauté bien particulière, les « gardes du corps » du souverain pontife, qu’elle dessert. Saint Sébastien et saint Martin étaient, en effet, tous deux des militaires. Le premier était ainsi membre de la Garde prétorienne, unité d’élite de l’Empire romain. Mais sa foi catholique déplaisait à l’empereur Dioclétien qui le fit mettre à mort en 288.

Saint Martin de Tours était pour sa part un légionnaire romain, connu pour sa charité. Il est ainsi souvent représenté en train de découper son manteau pour en donner la moitié à un pauvre. Après l’armée, Martin devint ermite puis fut choisi, contre sa volonté, comme évêque de Tours par les habitants en raison de sa grande piété.

Voulue par le saint pape Pie V (1566-1572) pour sa garde rapprochée, Saints-Martin-et-Sébastien est l’œuvre de l’architecte italien Nanni di Baccio Bigio, également à l’origine de la Villa Médicis qui abrite désormais l’Académie de France à Rome. À l’origine, l’intérieur de l’église était recouvert de fresques représentant le Seigneur, saint Martin et saint Sébastien, mais celles-ci ont été retirées dans les années 1967 pour intégrer les collections des musées du Vatican.

Jusqu’au sacrifice ultime

L’église Saints-Martin-et-Sébastien est désormais aussi sobre à l’intérieur qu’à l’extérieur. Sa seule véritable particularité est un balcon qui surmonte la nef et d’où une dizaine de personnes peuvent suivre la messe. Loin d’être un inconvénient, cette sobriété est une invitation au recueillement, à quelques mètres du brouhaha de la place Saint-Pierre. Il n’est ainsi pas rare de voir un membre de la Garde suisse venir y prier quelques moments, entre deux services. Peut-être pour y trouver la force spirituelle de tenir de longues heures sans bouger, dans un couloir du Palais apostolique.

Le père Thomas Widmer, chapelain de la Garde, célèbre la messe à Saints-Martin-et-Sébastien pour ces hommes qui ont promis de défendre la vie du chef de l’Église catholique. Y compris au prix de leur vie, comme ce fut le cas pour leurs valeureux prédécesseurs morts en 1527 pour protéger le pape Clément VII (1523-1534) des lansquenets de Charles Quint. Un sacrifice ultime auquel les gardes actuels ont promis de se tenir prêts, si cela s’avérait nécessaire.


AGIA DYNAMI CHURCH

Lire aussi :
À Athènes, l’étonnante chapelle enchâssée entre des buildings

Tags:
ÉglisePatrimoineromeVatican
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement