Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

L’Agence de biomédecine lance une nouvelle campagne de promotion du don de gamètes

Capture d'écran / dondovocytes.fr
Partager

Une agence d’État fait la promotion de pratiques considérées comme contraires aux Conventions internationales signées par la France.

« Faire un don, c’est donner à plusieurs milliers de couples infertiles un espoir de devenir parents… » « Des spermatozoïdes, j’en ai des millions. Je ne vois pas pourquoi je les garderais tous pour moi alors que d’autres en ont besoin. Alors je donne, c’est ma façon d’être solidaire. » Ces deux slogans, vous les avez peut-être aperçus, ils sont issus de la nouvelle campagne de l’Agence de biomédecine en faveur du don de gamètes, spermatozoïdes et ovocytes.

Au-delà des slogans lénifiants qui visent à toucher notre sensibilité, ces procréations médicalement assistées avec don de gamètes posent de nombreuses questions dont certaines seront abordées dans la loi de bioéthique en gestation.

Le faux anonymat

La règle de l’anonymat et de la gratuité reste appliquée en France. Mais l’anonymat du donneur est remis en cause comme l’a efficacement démontré Arthur Kermalvezen, né d’un don de sperme et qui a retrouvé son père biologique après un séquençage de son génome, une recherche de personnes apparentées puis une recherche généalogique. C’est désormais à la portée de tous ceux qui veulent savoir.

Dans la future loi bioéthique, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques (OPECST) recommande la levée partielle ou totale de l’anonymat. Des donneurs de sperme pourraient donc bien voir revenir vers eux leur progéniture quelques années plus tard.

Les limites de la gratuité

La gratuité est, elle aussi, en question. L’ouverture annoncée de l’assistance médicale à la procréation (AMP) avec sperme de donneur aux femmes seules, aux couples de femmes et aux hommes transgenre (c’est-à-dire qui étaient femmes, qui ont changé leur apparence physique au moyen d’un traitement hormonal mais conservé leur utérus), cette ouverture pourrait entraîner une pénurie de sperme, ce qui amènera à questionner le principe de la gratuité ou à acheter du sperme dans des « banques » étrangères.

La question du droit de l’enfant à connaître l’identité de ses parents biologiques est soulevée par l’association Juristes pour l’enfance qui s’étonne qu’une agence d’État fasse la promotion de pratiques que certains considèrent comme contraires aux Conventions internationales signées par la France.

Un parent ineffaçable

Il y aurait d’autres points à soulever. Toujours est-il que le don de gamètes n’est pas un don comme un autre. Les gamètes donnent la vie, des enfants vont naître, le donneur de gamètes reste un parent biologique qu’on ne peut effacer. Et qui ne peut s’affranchir de toute responsabilité.

Tribune publiée en partenariat avec RCF Nord de France.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.