Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

De nouveaux « droits » pour les personnes handicapées ?

SOPHIE CLUZEL
Eric FEFERBERG I AFP
French Junior Minister for Disability Issues Sophie Cluzel (L) attends a session of questions to the government at the French National Assembly in Paris on October 17, 2018. (Photo by Eric FEFERBERG / AFP)
Partager

En accordant aux personnes handicapées des droits qu’elles sont incapables d’exercer, le gouvernement réduit la dignité des personnes à leurs capacités.

Dans une récente interview, le philosophe Bertrand Vergely s’est interrogé sur les droits des personnes handicapées mentales. Bertrand Vergely est théologien orthodoxe. Normalien, agrégé de philosophie, professeur de khâgne, il enseigne également à Sciences Po Paris. Il a écrit de nombreux et précieux livres, dont le Traité de résistance pour le monde qui vient (Le Passeur) ou le dernier Obscures lumières, aux éditions du Cerf.

Bertrand Vergely réagit aux annonces du gouvernement qui envisage, nous dit le secrétaire d’État Sophie Cluzel, de donner la possibilité de voter aux 300.000 personnes handicapées actuellement sous tutelle. Sophie Cluzel annonce également la modification de l’accès au mariage, au PaCS et au divorce pour les personnes handicapées mentales sous tutelle. Actuellement, l’accord du juge des tutelles est nécessaire.

Sérieuses contradictions

Bertrand Vergely pointe les contradictions de ces nouveaux « droits ». Tout d’abord, on ne peut pas être incapable de s’occuper de ses propres intérêts et prétendre s’occuper des intérêts de la France, dit-il. Tutelle et droit de vote sont difficilement conciliables.

S’agissant du mariage, la première difficulté est celle-ci : quand on souffre vraiment d’un handicap mental, on ne peut être apte au mariage, car il n’y a ni la liberté ni la réalité du consentement. D’autre part et en l’état de la législation, le mariage implique la possibilité du divorce. On voit mal comment les personnes handicapées mentales pourront gérer le conflit conjugal. Enfin, qui dit mariage dit fonder une famille, avoir des enfants. En cas de handicap mental profond, est-ce bien raisonnable ?

L’argument central est toujours celui de l’égalité. Mais l’égalité, c’est l’égalité des droits à situation similaire ou identique… Il n’y a aucun doute sur l’égale dignité des personnes, mais sans que cela remette en cause celle-ci, il n’y a clairement pas égalité des capacités. Car la dignité ne se mesure pas en termes de capacités.

Gesticulation médiatique

Pour finir, Bertrand Vergely pointe un paradoxe. On parle dignité de la personne handicapée pour justifier ces possibles évolutions. Mais on se refuse à parler de la dignité de l’enfant quand il s’agit de son droit, de ses besoins à avoir un père et une mère, de sa souffrance à être privé de l’un ou de l’autre.

On peut se demander si ce projet sur les droits des personnes handicapées mentales n’est pas avant tout une gesticulation médiatique, dans la suite du « mariage pour tous ». D’ailleurs, remarque le philosophe, n’espère-t-on pas « secrètement » que « cette loi va exister mais que personne ne va s’en servir » ?

Tribune publiée en partenariat avec RCF Nord de France.

Tags:
handicap
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]