Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le travail, un facteur d’épanouissement pour plus de 90% des cadres

WOMAN
By gpointstudio | Shutterstock
Partager

La vie professionnelle est un critère essentiel à l’épanouissement global de plus de neuf cadres sur dix (92%), révèle un récent sondage de l’Ifop.

« L’essence même de l’homme est le désir d’être heureux, de bien vivre, de bien agir », a écrit le philosophe Baruch Spinoza dans ses Œuvres. Hier comme aujourd’hui, ce désir anime chaque être humain, de manière plus ou moins précise. En France, 92% des cadres déclarent ainsi que le travail est « important » sur l’échelle de leur épanouissement global, détaille un sondage de l’Ifop pour le site de recrutement Cadreemploi.

62% des cadres envisagent de démissionner

Parce qu’ils accordent au travail une importante, ils sont 62% à envisager de démissionner. Si 42% d’entre eux perçoivent encore la démission comme un risque, plus de 80% des cadres ayant déjà démissionné constatent un impact positif sur leur niveau de bien-être général.

« Le travail n’est pas seulement une peine, il est aussi une œuvre ! J’associe volontiers l’œuvre et le travail, c’est-à-dire le résultat et la peine que l’on se donne pour l’obtenir », a rappelé Pierre d’Elbée, philosophe et consultant, dans une tribune à (re)découvrir sur Aleteia. « En cristallisant une énergie personnelle sur une matière extérieure, le travail rend observable quelque chose qui vient de soi : on perçoit concrètement le produit de son effort, on peut en vérifier l’utilité. Le rapport au résultat du travail apporte l’évidence d’une contribution propre ». Selon lui, « un travail inspiré instaure un souffle entre le désir de la personne et l’œuvre poursuivie. Ce souffle s’appuie sur une vision, une adhésion, pour ne pas dire une passion, une vibration. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]