Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Entre électro et modernité, le grégorien inspire toujours

LE RAPT INVISIBLE
Le Rapt Invisible
Partager

Un chanteur lyrique s’est emparé du grégorien pour monter un projet artistique moderne et inspiré : “Le Rapt invisible”

Bien que revisité, le grégorien est toujours actuel dans sa réponse au besoin de transcendance de l’homme. Ce chant millénaire plutôt réservé aux monastères quitte ici sa gangue de tradition spirituelle et de siècles de prière pour se présenter au public, souvent dans des églises et dans une dimension sacrée, ou plutôt spirituelle, si des chanteurs peuvent en être pourvus autant que des hommes tournés vers Dieu. Leur démarche n’en est pas moins salutaire et rare dans la création musicale contemporaine, pour cette époque en quête de sens, de beau et de transcendance vraie.

“Le Rapt invisible” : sous ce nom quelque peu étonnant, il faut aller fouiller sur leur site pour découvrir le sens de ces deux mots. “Pour nous, l’art peut être une expérience du sacré, l’irruption de la transcendance dans la chair du sensible. L’expérience de la beauté est indicible quand elle a lieu, car la beauté submerge. La beauté ravit. Elle nous ravit à nous-mêmes.” Et leur intuition artistique ne saurait être plus vraie quand ils constatent que “cette submersion et ce rapt nous arrachent à cette terre”, même si le chant grégorien a vocation à nous rendre plus incarné tout en nous reliant au ciel, “où nous sommes un “je” avec des concepts, des idées, des intérêts particuliers, des valeurs”.

“Un rapt est imprévisible”, selon le sens qu’ils en donnent, “comme dans la prière, l’individu en nous s’éclipse pour rejoindre le fond(s) originaire de notre appartenance à ce que nous contemplons”. Enfin, leur démarche artistique se dit clairement spirituelle, mais non religieuse, pour faire sortir les chants sacrés “d’un cadre liturgique et rituel” et en s’en inspirant librement. Le résultat demeure heureusement audible, respectueux et même magnifique.

Costumes noirs contemporains ou plus simplistes, chorégraphies modernes sur fond d’orgue et de sons électroniques, paysages en pleine nature, autant d’ingrédients qui portent la voix du chanteur dans les clips. Une certaine lenteur les rythme, nécessaire à une démarche spirituelle. Certains sont surprenants, d’autres très apaisants.

Le sentiment d’éternité

Entre chorégraphie, performance vocale et musicale, le projet du “Rapt invisible” est porté par le baryton Romain Dayez (formé au Conservatoire de Paris) qui en assure la direction artistique, Baptiste Lagrave et Fabre Guin. Pour obtenir cette multiplicité des arts, ils collaborent avec le réalisateur Victor Toussaint, le chorégraphe Ghislain Grellier, l’artiste-peintre Caroline Chariot-Dayez et le styliste Morgan Remy. À travers leur quête de profondeur, les artistes se réclament ainsi de la pensée de Romain Rolland et de son “sentiment océanique”, “cet élan vital” aussi bien partagé par le poète que par le mystique. On retrouve cette recherche d’une expression universelle du sacré dans leurs images où les personnages portent leur regard vers l’immensité de l’océan.

Du concert au ballet, de Bruxelles à Venise, de nombreuses églises ont pu apprécier leur talent. Ils ont mis leur projet musical au service de la pensée d’Hildegarde von Bingen au Couvent des Bénédictines d’Ermeton dans un spectacle autour de ses visions, mais aussi dans une performance basée sur sa musique. En 2014, ils effectuaient un ballet en l’église Royale Sainte-Marie de Bruxelles pour le centenaire du génocide arménien.

Romain Dayez se représente aussi en solo avec ce répertoire de chant sacré original, bien reçu dans des lieux de culte catholique comme l’église Saint-Merri à Paris ou chez les Soeurs de saint François d’Assise d’Avignon, en plus des églises ou monastères désaffectés. Pour l’heure, les prochains concerts prévus en 2019 seront entre Avignon et Bruxelles, en passant encore une fois par l’église Saint-Merri à Paris.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.