Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Un millier de jeunes indigènes seront aux JMJ

Shutterstock-Anton_Ivanov / Mazur-catholicnews.org.uk-CC
Partager

La venue du pape François à Panama pour les prochaines JMJ, en janvier 2019, est très attendue par les jeunes autochtones qui se déplaceront en masse pour accueillir leur ardent défenseur et porte-parole.

La question des peuples indigènes est une question chère au pape François, au point d’aller jusque dans les zones où ils sont victimes d’abus et d’exclusion pour défendre leur cause et leur existence. On l’a vu lors de son voyage en Amérique Latine, en janvier dernier, et à tant d’autres occasions. Pour la journée internationale des peuples autochtones, par exemple; ou pour demander aux catholiques du monde entier, dans ses intentions de prière, à se joindre à lui pour prier en leur faveur à travers son réseau de prière. Et les indigènes comptent sur lui. Plus de mille jeunes pèlerins autochtones du monde entier viendront le lui dire aux prochaines JMJ de Panama, du 22 au 27 janvier 2019, après avoir participé, les jours précédents, à une Rencontre mondiale de la jeunesse indigène (Imgi), organisée dans la commune de Soloy, dans le diocèse de David, territoire indigène le plus grand de Panama.

L’attente de ces jeunes grandit de jour en jour. Il y a moins d’un mois, quand sont arrivés les symboles des JMJ — la Croix et l’icône de la Vierge Salus Populi Romani — ils sont venus par milliers les accueillir. Leur rencontre mondiale sera imprégnée du message de Laudato Si’ pour se préparer spirituellement et intellectuellement aux JMJ avec les jeunes du monde entier. À Panama sera dressé, en leur hommage, un village indigène déployant artisanat, danses et musique. Les jeunes autochtones y créeront des peintures murales, sensibiliseront les autres jeunes au besoin urgent de protéger la nature, la faune et la flore, et de promouvoir une écoresponsabilité. Mais surtout, estiment-ils, leur présence inédite sera l’occasion de montrer, « avec orgueil », leur culture et leur foi malgré tous ceux qui les considèrent encore aujourd’hui comme des « invisibles », souligne le Sir qui prédit une « initiative unique et riche en événements ».