Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

La Cour suprême du Pakistan, dernière chance d’Asia Bibi

ASIA BIBI
MARTIN BUREAU / AFP
Partager

La Cour suprême du Pakistan examine à partir de ce 8 octobre un recours déposé par Asia Bibi, une chrétienne emprisonnée depuis neuf ans au Pakistan pour blasphème.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Asia Bibi. La Cour suprême du Pakistan devait se pencher ce lundi sur un recours déposé par la jeune pakistanaise, chrétienne et mère de famille, condamnée à la peine capitale et emprisonnée depuis neuf ans pour blasphème. À l’issue d’une audience de près de trois heures, l’institution a annoncé qu’elle différait son jugement. « Nous réservons le jugement pour le moment », a ainsi déclaré le juge Saqib Nisar.

Condamnée à mort en novembre 2010

C’est en juin 2009 que la vie d’Asia Bibi, mère de cinq enfants, a basculé. Alors qu’elle travaillait aux champs, une dispute a éclaté entre des ouvrières agricoles musulmanes et Asia Bibi, de confession chrétienne, au sujet d’un verre d’eau. Celle-ci a été arrêtée et accusée d’avoir insulté le prophète Mahomet. Elle a été condamnée à la peine de mort par pendaison en novembre 2010 en application des lois sur le blasphème.

À la suite de la condamnation à mort d’Asia Bibi en 2010, le président de la République de l’époque avait annoncé qu’il pourrait la gracier, provoquant ainsi de vives réactions au sein de la population. Il était par la suite revenu sur ses propos, déclarant attendre la décision de la Haute cour de Lahore.

Cette affaire a cristallisé les tensions au sein même du pays concernant la loi interdisant le blasphème, et suscité de vives tensions entre les islamistes et les autorités. Un gouverneur et un ministre ont été assassinés pour avoir publiquement défendu Asia Bibi. Sensible à son histoire, le pape Benoît XVI avait envoyé fin 2010 le Cardinal Tauran au Pakistan pour demander sa libération. Le pape François a quant à lui reçu la famille d’Asia Bibi au Vatican en février 2018.

La Cour suprême n’a pas précisé quand la décision pourrait être rendue. En 2016, une précédente audition devant l’instance judiciaire la plus élevée au Pakistan avait été annulée suite au désistement au dernier moment de l’un des trois magistrats appelés à se prononcer. Si la Cour suprême devait valider la sentence, Asia Bibi pourrait en dernier recours solliciter la grâce du président pakistanais.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]