Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Saints Côme et Damien, des jumeaux si fusionnels

COME DAMIEN
Domaine Public
Partager

Vénérés en Occident ce 26 septembre, saint Côme et saint Damien ont su tirer profit de leur gémellité pour mettre leurs qualités médicales au service du Seigneur et étendre le christianisme.

Le comportement fusionnel chez les jumeaux est notoire. Et il n’est pas rare de les voir épouser les mêmes professions, de sentir la même vocation à servir le Seigneur. Prenez saint Côme et saint Damien. Nés en Arabie au IIIe siècle, ces frères jumeaux ont tous les deux entendus l’appel du Seigneur à mettre leurs qualités au service du prochain, surtout des plus pauvres. Des qualités médicales transmises par leur pieuse mère sainte Théodote, ils reçurent le pouvoir de chasser les esprits impurs et de guérir toutes sortes de maladies sans autre remède que leur prière.

Les apôtres-médecins

En ces deux frères — que leur gémellité rendait si complémentaires — le Christ-Médecin put si bien guérir les âmes et les corps que dès le Moyen Âge, ils devinrent les saints protecteurs des docteurs et d’une  variété de professions associées à la médecine. En Orient comme à Rome, des basiliques, des oratoires, des hôpitaux portent leurs deux noms.

Côme et Damien « soignaient les pauvres, délivraient les énergumènes, rendaient l’espoir aux pessimistes et la joie aux mélancoliques », rapporte-t-on sur leur vie. Et comme ils avaient reçu gratuitement la grâce du Saint-Esprit, ils exerçaient leur art médical gratuitement — d’où leur surnom les « anargyroi », les « sans argent » — attirant ainsi à eux un grand nombre de personnes à la foi chrétienne. Leur mort en martyrs, sous les persécutions de Dioclétien (vers 287) — selon la légende ils restèrent fidèles à leur foi en dépit de toute une série de tortures affreuses auxquelles ils restèrent insensibles — ne fit que renforcer la vénération des chrétiens qui ne cessèrent d’affluer vers l’église construite à l’emplacement de leur tombeau, à Cyr en Syrie du nord, où fleurirent tant de miracles. L’Église parle officiellement de 47 miracles.

Des saints vénérés en occident comme en Orient

Leur culte se répandit dans le monde entier. L’empereur Justinien (527-565), guéri par l’intercession des deux saints, restaura somptueusement la ville de Cyr, et fit transporter leurs vestiges à Constantinople, qui devint un haut lieu de pèlerinage. À Rome, le pape Félix IV (526-530) lui dédia une basilique au Forum de Vespasien, célèbre pour ses mosaïques du VIe siècle représentant les saints. C’est là qu’aurait eu lieu la plus célèbre des guérisons miraculeuses : la greffe d’une jambe de Maure pour remplacer la jambe nécrosée du sacristain de l’église, rapportée par la légende dorée de Jacques de Voragine, représentée dans de nombreuses peintures et miniatures.

Au XIIe siècle, lors des croisades, des reliques des deux saints ont été offertes au Seigneur de Luzarches qui les a partagées entre Luzarches et Paris. Les chirurgiens, choisissent alors pour saints patrons Côme et Damien et prennent comme principal engagement de consulter gratuitement les pauvres, le premier lundi de chaque mois, respectant ainsi les qualités d’anagyres des deux saints, rapporte le site des professeurs de la faculté de médecine à Nancy. À la faculté de médecine de Nancy figurent deux portraits des frères jumeaux. Ils portent le costume des professeurs de médecine de la fin du XVIe siècle. Leurs attributs sont choisis parmi des instruments évoquant médecine et chirurgie : la spatule et la boîte d’onguents pour saint Côme, le pot de panacée, remède universel contre tous les maux pour saint Damien.

Prière à Saint Côme et Damien

Saints Côme et Damien sont considérés comme de véritables saints médecins, et non comme des saints guérisseurs. Le dicton du jour « Servez Saint Côme et Saint-Damien, vous vous porterez toujours bien » invite à prier leur intercession en cas de maux de gorge, de maladies des reins, et de troubles de l’appareil digestif (la gastrite entre autre), les maux contre lesquelles ils sont généralement invoqués:

« Ô martyrs de Jésus-Christ, Côme et Damien, nous vous honorons en toute humilité et avec l’affection de notre cœur.

Par vos excellents mérites, vous avez reçu du Seigneur le pouvoir de protéger tous ceux qui se tournaient vers vous dans leur misères.

C’est pourquoi nous ne cesserons d’invoquer votre intercession.

Comme durant la vie mortelle, vous avez soigné les maladies dangereuses, par les moyens de la médecine et l’invocation du Nom de Jésus Christ, comme les Apôtres, ainsi, maintenant que vous êtes puissants dans le Ciel, tournez vers nous vos regards de pitié.

Nous sommes faibles, pêcheurs, malades; nous sentons le besoin de l’aide divine.

Nous vous en prions : assistez-nous, obtenez nous du Seigneur la guérison de nos maladies, priez le Bon Dieu de nous libérer du pêché.

Nous vous demandons ces grâces non seulement pour nous, mais aussi pour nos parents, nos familles, pour nos amis et nos ennemis, afin que, protégés par vous sur la terre, d’âme et de corps, nous puissions venir au Ciel louer et bénir le Seigneur pour l’éternité ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]