Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Une astuce pour apprendre à un enfant à ne pas couper la parole

FAMILY CAR
Partager

Convenir d’un geste de la main avec l’enfant, qui traduise à la fois qu’il souhaite vous parler et que vous avez bien pris en compte sa demande, permet d’éviter bon nombre de situations agaçantes.

Vous lui avez répété des milliards de fois qu’on ne coupe pas la parole, qu’on attend son tour pour parler, que c’est impoli et agaçant, rien n’y fait. Il vous tire par la manche, ânonne des « maman mamaaaaaan » de plus en plus stridents, ou se cramponne carrément à votre jambe pour que vous lui prêtiez une oreille attentive, tandis que vous tentez de poursuivre votre conversation aussi dignement que possible. Comment faire pour ne pas laisser échapper un « deux secondes !!! » mensonger, ou pour ne pas capituler, au risque de perdre la face, et avec, le fil de la discussion ?

Outre la technique de Florence Foresti singeant d’irréelles mamans calmes, capables de dire posément « je parle avec un adulte et je reviens à toi ensuite » — technique qui finalement demande d’interrompre la conversation —, il y a l’astuce rapportée par une bloggeuse australienne, et reprise dans certaines écoles Montessori : celle de poser sa main. Rien de plus simple : l’enfant apprend à poser sa main sur le poignet ou l’épaule de l’adulte lorsqu’il veut parler, et ce dernier, pour signifier à l’enfant qu’il a compris sa demande mais n’est pas immédiatement disponible, pose sa main sur celle de l’enfant. Résultat, l’enfant est rassuré car pris en considération, et il apprend à attendre qu’on lui donne la parole. Un contact peau à peau vaut parfois plus que mille mots.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]