Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

L’intolérance religieuse progresse en Indonésie

KHARISMA TARIGAN / AFP
Mi-mai, trois églises de Surabaya ont été la cible d'attentats terroristes.
Partager

Pays le plus peuplé du monde et composé à plus de 80% de musulmans, l’Indonésie connaît une hausse de l’intolérance religieuse, révèle le dernier rapport de l’institut SETARA pour la démocratie et la paix.

Sur les six premiers mois de l’année 2018, une centaine d’incidents entravant la liberté religieuse d’individus ont été répertoriés dans 20 provinces d’Indonésie, indique le dernier rapport de l’institut SETARA pour la démocratie et la paix dédié à l’état de la liberté religieuse en Indonésie.

Dans le détail, élément nouveau, Jakarta, la capitale indonésienne, est le principal théâtre de ces incidents. Par ailleurs, une quarantaine de violations impliquent directement des agents de l’État, policiers ou membres de gouvernements régionaux, qui ont obligé des personnes à porter le hijab où à cesser leur activité religieuse.

Mi-mai, des attentats suicides commis contre trois églises de Surabaya, la deuxième ville d’Indonésie, ont été perpétrés par six membres d’une même famille — tous morts — et ont coûté la vie à douze autres personnes. Le lendemain, une famille de cinq personnes, dont une fillette de huit ans, a commis un attentat suicide contre un commissariat de police de Surabaya. L’ensemble de ces attaques a été revendiqué par l’État islamique.

Le niveau de violence actuel étonne et inquiète ceux qui connaissent la société indonésienne. Parmi eux, Paul Billaud, prêtre des Missions étrangères de Paris, qui réside à Bandar Lampung en Indonésie. Arrivé dans l’archipel en 1978, il dénonce un « islam indonésien agité de l’extérieur ».

Une islamisation rampante

« Quand je suis arrivé dans ce pays, jamais je n’aurais pu imaginer son évolution actuelle », constate-t-il. « Certes, l’Indonésie est le pays au monde qui compte le plus de musulmans, mais c’était à l’origine un pays pluraliste, qui n’appliquait pas un islam rigoureux. Les femmes n’y étaient pas voilées, par exemple, et les écoles coraniques ne faisaient pas encore partie du paysage ».

Depuis, l’islam s’est imposé, explique-t-il. Et dans le même temps, des groupes extrémistes ont commencé à se manifester, s’attaquant en particulier aux églises. Le prêtre précise que « quand une église brûle en Indonésie, ce n’est pas le voisin musulman qui le fait, c’est un extrémiste qui peut revenir du djihad au Moyen-Orient, par exemple. Sa radicalisation et sa formation viennent de l’extérieur de l’Indonésie ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]