Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 28 octobre |
Saint Jude
home iconTribunes
line break icon

Après le cardinal Barbarin, le pape

POPE FRANCIS GENERAL AUDIENCE

Antoine Mekary | ALETEIA | I.MEDIA

Jean Duchesne - Publié le 30/08/18

C’est l’occasion de nous rappeler que nos prêtres ne se donnent pas eux-mêmes leur mission et ne la reçoivent ni de nous ni de l’opinion publique.

On pouvait croire avoir atteint un sommet avec la pétition lancée par un prêtre, exigeant la démission du cardinal Barbarin qu’aucun tribunal civil n’a jusqu’à présent trouvé coupable de quoi que ce soit. Mais les records sont faits pour être battus. Voici qu’est maintenant visé celui dont justement on se réclamait pour demander la tête du primat des Gaules : un ancien nonce dénonce – au sens où la raison qui se raidit en s’admirant se met à déraisonner – le pape lui-même (ainsi qu’une bonne fournée de hauts dignitaires romains).

Le tribunal de l’opinion publique

Le motif reste le même : les actuels archevêque de Lyon et souverain pontife sont accusés de n’avoir pas publiquement stigmatisé ni sanctionné assez promptement et vigoureusement des crimes assurément révoltants qui avaient eu lieu bien avant qu’eux-mêmes entrent en fonction et puissent, en tant que supérieurs hiérarchiques, en assumer personnellement la responsabilité. Le vrai problème est de déterminer non pas quand ils ont été informés ni si cette information était suffisante pour qu’ils punissent sans tarder ni se soucier de la justice des hommes, mais s’ils ont permis aux prédateurs de continuer à sévir et s’ils ont fait obstacle aux enquêtes judiciaires. Pour autant que l’on sache, la réponse est non dans le cas de l’un comme de l’autre.


POPE FRANCIS

Lire aussi :
Face au scandale des abus sexuels, la lettre du pape François

Le degré de plus atteint avec la mise en cause du pape a au moins le mérite de dévoiler deux choses. D’abord que la cible est la crédibilité de l’Église, au-delà du cardinal Barbarin et du pape François. Quand bien même ils démissionneraient, ils auront en effet des successeurs. Mais le but implicite est que ceux-ci – et c’est là que transparaît la seconde visée de ces accusations – soient affaiblis et restent soumis à un tribunal qui n’est pas l’autorité hiérarchique reçue d’en-haut dans l’Église (puisqu’on déclare qu’elle a failli), ni Dieu lui-même (puisqu’on se met allègrement à sa place), mais l’opinion telle que la façonnent les médias à l’heure d’internet et des réseaux sociaux, où la qualité de n’importe quelle affirmation se mesure uniquement au nombre d’échos qui lui sont donnés. Et bien sûr, plus c’est énorme et inattendu, plus c’est relayé et plus cela devient une réalité inesquivable.

En qui avons-nous foi ?

Indépendamment de la justice à rendre aux victimes pour autant que ce soit possible et de l’aide à leur apporter, la seule question intéressante est de savoir à combien de gens ces sordides affaires feront perdre la foi. Mais est-ce donc en notre curé et ses vicaires, notre évêque et le pape que nous avons foi ? Ou bien est-ce en Jésus-Christ qui a été trahi par un des siens et que les autres ont laissé tomber ? Je parierai que ces lamentables histoires ne feront perdre la foi qu’à ceux qui ne l’ont jamais eue ou confondent le Dieu dont ils oublient qu’il a été crucifié et l’Eglise qu’ils se plaisent à imaginer sans pécheurs, donc sans eux qui jugent impossible ou inutile d’être pardonnés.


SAINT PETER BASILICA

Lire aussi :
Comment garder la foi quand l’Église est frappée par de graves scandales ?

Cela ne veut bien entendu pas dire que nous n’avons pas besoin de prêtres. Mais nous croyons à leur mission dans la mesure où nous sommes conscients que ce n’est pas eux qui se la sont données ni nous qui avons le pouvoir de la leur conférer. On n’est jamais tenté qu’à proportion des dons à transmettre. C’est pourquoi les rares prêtres qui trahissent la confiance placée en eux tombent de si près de Dieu, donc de si haut, dans une chute qui, dans certains cas et en particulier quand il y a des victimes, fait grand bruit et ne peut qu’impressionner. Mais les autres peuvent être sûrs que les grâces ne leur manqueront pas pour résister, quelle que soit l’hostilité qu’ils rencontrent, aux tentations du découragement et de la capitulation, bien plus subtiles et non moins fatales que celles de la chair.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
Vatican
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
belle mère et belle fille
Jeanne Larghero
S’embrouiller avec sa belle-mère en trois leç...
dessin caricature
Guillaume de Prémare
Terrorisme islamique : l’impasse du droit au ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement