Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

À Dublin, la longue demande de pardon du pape François

POPE FRANCIS,MMWMOF,PRAYING
HANDOUT | WMOF18 | MAXWELL | AFP
Le Pape François à Knock, lors de sa visite en Irlande le 26 août 2018.
Partager

Le pape François a formulé une long mea culpa pour les fautes de l’Église commises en Irlande pour les "mettre devant la miséricorde du Seigneur", lors de la messe qu’il présidait le 26 août 2018 à Dublin pour la clôture de la 9e Rencontre mondiale des familles.

Alors que cela n’était pas prévu, le pape François a débuté la prière pénitentielle par une liste de fautes graves – en particulier commises par l’Église. « Nous demandons pardon », a-t-il ainsi répété à plusieurs reprises en espagnol, avec d’énoncer chacune de ces erreurs.

« Nous demandons pardons pour les abus en Irlande, abus de pouvoir et de conscience, abus sexuels par des membres de l’Église. De manière spéciale, nous demandons pardon pour tous les abus commis au sein de différents types d’institutions dirigées par des religieux », a-t-il ainsi débuté. Après avoir rencontré des victimes, a-t-il expliqué, le Pape veut mettre ces crimes « devant la miséricorde du Seigneur » en demandant pardon.

Le pardon pour les membres de la hiérarchie catholique

Confession aussi des fois où « comme Église, nous n’avons pas regardé les victimes d’abus avec compassion et recherche de justice et vérité et avec des actions concrètes ». Le chef de L’Église catholique a aussi imploré pardon pour les membres de la hiérarchie catholique qui « n’ont pas pris en charge ces situations douloureuses et sont restés silencieux ».

Autre demande de pardon : la séparation par des institutions religieuses d’enfants d’avec leurs mères, car seules. Et surtout pour leur avoir dit que vouloir retrouver leur mère était un « péché mortel ». « Ce n’est pas un péché mortel, c’est le quatrième commandement ! » [« Honore ton père et ta mère », Ex 20, 12, ndlr], s’est insurgé le pontife.

En conclusion de cette longue litanie pénitentielle, l’évêque de Rome a espéré que le Seigneur maintienne et accroisse « cet état de honte et de remords et qu’Il nous donne la force de nous engager à travailler pour que jamais plus cela advienne et que justice se fasse ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]