Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

L’architecture étonnante des églises postcoloniales en Inde

ST THERESA CHURCH
Partager

En Inde, la volonté de s’affranchir de l’architecture coloniale classique a donné lieu à des structures très originales

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Il existe mille et une formes d’églises à travers le monde. Il suffit d’observer le dôme de la basilique Saint-Pierre à Rome ou les tours de Notre-Dame de Paris pour se rendre compte de cette diversité. Il n’empêche que malgré des structures très différentes, ces deux églises, pour ne prendre que les plus célèbres, ressemblent… à des églises.

Mais il arrive que ces conceptions traditionnelles soient quelque peu bousculées. En Inde après la colonisation, par exemple, certains architectes ont voulu s’affranchir de ces visions classiques et donner à leurs églises de toutes autres formes, comme des bateaux ou des étoiles. En explorant ces nouvelles formes d’architecture, ils voulaient se départir des styles néobaroque et néoclassique typiquement coloniaux.

Comme l’explique le professeur George Menacher, historien de l’Église syro-malabare, une Église appartenant au rite chaldéen établie en Inde, ces innovations architecturales ne s’inscrivaient pas dans une démarche globale, mais répondaient à des aspirations locales de créer des églises résolument nouvelles à des coûts moins élevés qu’une église traditionnelle. Ainsi, l’idée émergea par exemple d’aménager de grands espaces rectangulaires ou circulaires pouvant accueillir une foule nombreuse. De nouveaux matériaux en vogue dans les années 1950 comme le béton furent rapidement adoptés en lieu et place de la pierre et du bois, bien plus onéreux.

Le résultat, ce sont des structures architecturales originales, à la fois créatives et transgressant les styles, incorporant des éléments chrétiens classiques ainsi que des motifs de la culture locale, le tout dans un style tendant parfois vers le kitsch. Lorsque les photographes allemandes Stefanie Zoche et Sabine Haubitz visitèrent l’Inde entre 2011 et 2016, elles furent frappées par ces églises uniques en leur genre et décidèrent d’en faire une série de photos intitulée Haubitz + Zoche : Une Épiphanie postcoloniale actuellement exposée à Mannheim, en Allemagne.

Pour voir les photos de ces églises peu communes, cliquez sur la première image :

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]