Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saints Martyrs du Vietnam
home iconSpiritualité
line break icon

Sainte Maria Goretti, l’adolescente qui a converti son assassin

ST MARIA GORETTI

Public Domain

Isabelle Cousturié - Publié le 05/07/18

Maria Goretti, que nous fêtons ce lundi 6 juillet, n’avait pas encore 12 ans quand elle a été tuée par un jeune homme qui voulait abuser d’elle. Juste avant de mourir, l’adolescente lui a pardonné… Une histoire bouleversante de pardon qui touche du doigt la douceur de la miséricorde.

La basilique Saint-Pierre de Rome est noire de monde, ce 26 juin 1950. La foule est venue de toute l’Italie pour entendre le pape Pie XII proclamer une nouvelle sainte, la plus jeune de toute l’histoire de l’Église. Maria Goretti, décédée 48 ans plus tôt, à l’âge de 11 ans à peine, après avoir été transpercée de quatorze coups de couteau par son jeune voisin, Alessandro, qui voulait abuser d’elle. Le jour de sa canonisation, assis dans les premiers rangs, un vieil homme pleure en silence. C’est lui, Alessandro, bouleversé. Lui, le pécheur pardonné par sa victime au lieu d’être maudit, le criminel repenti…

Alessandro a essayé plusieurs fois de l’aborder, mais en vain. Il est sans cesse repoussé. Un jour, quand la jeune fille est seule chez elle, il se glisse alors à l’intérieur de la maison et c’est le drame…

Nous sommes le 5 juillet 1902. Maria Goretti, une jolie petite fille venue des Marches avec sa famille pour se construire un avenir dans les environs de Rome, est toute seule chez elle. Alessandro, qui l’épie derrière les volets de chez lui, a essayé plusieurs fois de l’aborder, mais en vain. Il est sans cesse repoussé. Il se glisse alors à l’intérieur de la maison et c’est le drame. Il cherche à la saisir. Maria se débat de toutes ses forces et le supplie « ne fais pas cela, c’est un péché » alors qu’il s’apprête au pire. Furieux, il la frappe puis quitte la maison de Maria en hurlant. Les gens accourent et découvrent Maria qui se meurt.

Après le pardon, la conversion

À l’hôpital Orsenigo de Nettuno, Maria sent que la mort est proche. Mais du haut de ses 11 ans (presque 12), elle est en paix. Elle sait qu’elle va rejoindre le Christ. Avant de mourir, après avoir reçu la communion pour la dernière fois, elle confie au prêtre « pour l’amour de Jésus, je pardonne à Alessandro. Je veux qu’il vienne lui aussi avec moi au Paradis. Que Dieu lui pardonne, car moi, je lui ai déjà pardonné ».

Libéré après vingt ans de détention, Alessandro Serenelli a travaillé comme laïc au Couvent des Pères Capucins d’Ascoli Piceno. Convaincu que la petite Maria veillait et intercédait pour lui, il est mort en paix au couvent de Macerata, le 6 mai 1970.

Un pardon extraordinaire qui arrivera jusqu’aux oreilles de l’évêque. Et jusqu’à Alessandro, condamné à 30 ans de prison pour son crime. Lui qui continuait à jouer les gros durs, nullement repenti, au fond de sa cellule, est bouleversé par ce pardon : si sa victime ne le maudit pas, serait-ce qu’il n’est pas un monstre, qu’il est digne d’amour et de pardon ? Ce pardon — et celui ensuite, en 1910, de la mère de Maria auprès de laquelle il a reçu aussi la sainte communion — l’ouvre à Dieu, à la douceur de la miséricorde. Il se convertit et demande publiquement pardon pour son crime.


PRAY

Lire aussi :
Ces jeunes qui n’ont pas attendu d’être adultes pour être saints !

Libéré après vingt ans de détention, Alessandro Serenelli a travaillé comme laïc au Couvent des Pères Capucins d’Ascoli Piceno. Convaincu que la petite Maria — qui lui était apparue une nuit pour lui offrir des lys, symboles de perfection, de lumière et de vie  — veillait et intercédait pour lui, il est mort en paix au couvent de Macerata, le 6 mai 1970. Les larmes qui coulaient sur ses joues le jour de sa canonisation étaient des larmes de joie et de reconnaissance… À ce moment-là, les fidèles entonnaient un vibrant Te deum de louange et d’actions de grâces…

Anne de Guigné, Chiara Badano, Dominique Savio... leurs derniers mots avant de mourir


Homme pensif

Lire aussi :
Les regrets les plus souvent entendus sur un lit de mort

Tags:
ItalieL'école des saintsPardonSaint
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement