Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Sillegny, « la Sixtine lorraine »

© François Bernardin
Partager

La petite église du village de Sillegny, dans la vallée de la Seille, est recouverte de fresques de l’époque de Michel-Ange.

« Allez voir Sillegny dans sa pauvre église, les fresques pieuses et barbares du XVIe siècle. C’est là qu’on puise le mieux toute la poésie de la Seille et que se resserre un cœur épanoui sur les bords de la Moselle. » Maurice Barrès Colette Baudoche, 1909.

Ce trésor artistique de la Renaissance a traversé les siècles par miracle. En effet le village de Sillegny, à 15 km au sud de Metz, a bien failli être rayé de la carte en 1944. Il a été détruit à 95% lors de la retraite allemande et l’église Saint-Martin fait heureusement partie des 5% qui ont presque été épargnés. Cette modeste église de campagne, édifiée au XVe siècle, se remarque par sa tour-clocher carrée, percée de meurtrières. Elle fait partie des églises fortifiées du pays messin qui ont longtemps servi de refuge aux habitants. Elle est plutôt austère. Mais la véritable surprise se trouve à l’intérieur, une fois la porte basse franchie. Les voûtes et les murs sont entièrement peints de haut en bas. Et c’est une explosion de couleurs ! Le visiteur est encore plus étonné lorsqu’il apprend que toutes ces fresques datent de 1540, soit trente ans après la chapelle Sixtine à Rome ! On dit que c’est l’œuvre de peintres italiens itinérants, peut-être envoyés ici par les religieuses du couvent de Sainte-Marie-aux-Nonnains de Metz qui possédaient des terres agricoles à Sillegny.

Le curé gagne au grattage !

Un curé les recouvre d’un badigeon blanc à une époque inconnue, probablement pour suivre la mode d’un retour à la sobriété dans le décor des édifices religieux. C’est encore un miracle, car, ainsi protégées, les fresques de l’époque de Michel-Ange ont été sauvées ! Un autre curé les redécouvre en 1845 seulement, lors d’une banale opération de grattage-lessivage. La première restauration dure une vingtaine d’années. En 1881, pendant l’annexion, l’église de Sillegny est classée Monument Historique par le Staatssekretär für Elsass-Lothringen. La dernière campagne de nettoyage date de 2004.

Le programme iconographique est très vaste. Toute la Bible est illustrée en grand : le Paradis et ses anges, l’Enfer et ses diables, l’arbre de Jessé, le Jugement dernier, la vie de la Vierge et la vie du Christ, les apôtres et une litanie de saints, notamment un saint Christophe protecteur des voyageurs et sans doute des compagnons-peintres itinérants. Saint Christophe, portant l’Enfant-Jésus sur ses épaules, peine à traverser une rivière caillouteuse. Une sirène ne pense qu’à se regarder dans un miroir. Un gros poisson dévore un moyen poisson qui en attrape un petit. L’anguille réussit à se faufiler… L’ensemble est bourré de détails truculents. Il offre un catéchisme géant, dans une palette de couleurs empruntée aux plus grands peintres de la Renaissance italienne.

Pour découvrir ces fresques, cliquez sur le diaporama :

Informations pratiques :

Église Saint-Martin
57420 Sillegny
http://www.sixtinedelaseille.com

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]