Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

L’Osservatore Romano dénonce les attaques « répugnantes » contre le président italien

SERGIO MATTARELLA
Partager

L’Osservatore Romano prend la défense du président de la République italienne, Sergio Mattarella, qui doit composer avec un flot d'attaques et d'injures alors que l'Italie traverse de sérieuses secousses sur le plan politique.

Généralement le Vatican se garde bien de trop se mêler des soubresauts de la vie politique italienne. Mais le climat politique actuel l’a poussé a sortir de sa réserve habituelle. Dans son édition du 30 mai, le quotidien du Saint-Siège, l’Osservatore Romano, a dénoncé que Sergio Mattarella, le chef de l’État italien, soit la cible d’attaques « répugnantes », d’injures « au contenu ignoble » et de « véritables menaces de mort ». C’est que depuis trois mois, les deux vainqueurs aux élections législatives du 4 mars dernier, n’ont pas vu leur gouvernement de coalition valdié par le président de la République.

S’il exerce une fonction généralement honorifique, le chef de l’État italien dispose néanmoins du pouvoir des nominations des ministres. Le 27 mai, Sergio Mattarella a ainsi refusé le candidat proposé par les deux partis pour être ministre de l’Économie, en raison de son « euroscepticisme ». Le président a alors pris la décision de nommer un gouvernement « technique », chargé d’expédier les affaires courantes en attendant de très probables nouvelles élections. Ces décisions sont vivement contestées par les deux partis majoritaires. Le Mouvement 5 étoiles prévoit notamment une manifestation le 2 juin à Rome, en parallèle des fêtes de la République. Ce parti affirme également vouloir engager une procédure parlementaire de mise en accusation du président — une procédure exceptionnelle qui n’a quasiment aucune chance d’aboutir.

Appel au sens civique

Pendant ce temps-là, sur les réseaux sociaux, attaques et injures fusent. Celles-ci « sont le signe d’une détérioration inquiétante du sens civique », estime l’Osservatore Romano, et elles « n’aident certainement pas à améliorer la situation ». La prise de position officieuse du Saint-Siège apporte un soutien aux évêques italiens qui s’inquiètent de « la crise sociale et politique dans laquelle l’Italie « s’est précipitée ». Dans un appel diffusé dans le quotidien Avvenire, le président de la conférence épiscopale invite les politiques à faire preuve de « bonne volonté » et à renouveler leur engagement « chacun dans son rôle, pour le bien suprême du pays ». À un moment où il y a « urgence » d’hommes et de femmes qui sachent « utiliser un langage de vérité », ils leur demandent de parler franchement « sans cacher les difficultés, sans faire de promesses irréalisables mais en indiquant une route et une destination ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.