Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 20 juin |
Saint Silvère
home iconActualités
line break icon

En Chine, des entreprises contrôlent les émotions de leurs salariés

ARTIFICIAL INTELLIGENCE

By Production Perig | Shutterstock

Marzena Devoud - Publié le 27/05/18

Une dizaine de grandes entreprises chinoises utiliserait des capteurs pour surveiller la vie émotionnelle de leurs salariés en temps réel. Un moyen, selon les employeurs, d'augmenter leur productivité.

Bienvenue dans le monde de la transparence totale qui dépasse largement la vision de George Orwell. Déprime, tristesse, colère, stress, fatigue, excitation…Toutes ces émotions ressenties par les employés sont désormais détectables en temps réel par leurs employeurs ! En effet, une douzaine d’entreprises chinoises, parmi lesquelles des sociétés de transports, des logisticiens ou des entreprises du secteur de l’énergie, a déjà installé ce système de surveillance inédit. A l’aide d’un casque à capteurs cérébraux, directement reliés à l’intelligence artificielle d’un ordinateur, ces derniers surveillent l’activité émotionnelle de leurs salariés.

De open space à open brain ?

Une étape supplémentaire de la part du gouvernement pour mieux contrôler sa population en plus d’un d’une surveillance accrue d’internet. Sans compter que le pays se targue de retrouver une personne dans une foule de plusieurs dizaines de milliers d’individus grâce à la vidéosurveillance et à la reconnaissance faciale.


ROBOTICS

Lire aussi :
Faut-il avoir peur des intelligences artificielles et des robots ?

Selon les auteurs du programme financé par le gouvernement, ce contrôle émotionnel doit booster la productivité. « Un employé trop émotif dans un poste clé peut affecter toute une chaîne de production », explique au journal South China Morning Post le professeur Jin Jia impliqué dans le développement de ce nouveau dispositif. « Quand le système détecte un problème, le manager demande à l’employé de prendre un jour de congé ou de travailler à un poste moins critique. Certains postes requièrent une importante concentration et ne laissent aucune marge d’erreur », précise-t-il.

Cette technologie financée par le gouvernement chinois révèle cruellement l’absence de loi limitant l’utilisation de ce type de système en Chine. La question de la vie privée et l’exploitation des données sur les émotions des personnes n’est malheureusement inclue dans aucun débat.


CHINA WORKERS

Lire aussi :
La Chine invente la « classe inférieure »

Tags:
chine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
COUPLE, LOVE, SMILE
Edifa
Ces petits gestes d’amour sont plus importants que des « Je t’aim...
2
Agnès Pinard Legry
Les punchlines de Mgr Aupetit face à Jean-Jacques Bourdin
3
NEWBORN
Mathilde de Robien
Douze prénoms de pape vraiment canon pour un petit garçon
4
Timothée Dhellemmes
[Vidéo] Guillaume Warmuz, l’ancien footballeur qui a répondu à l’...
5
Anna Gebalska-Berekets
Ces paroles à dire (et à ne pas dire) à un proche atteint du canc...
6
Wedding engagement ring - Woman
Edifa
Doutes sur son mariage : Dieu voulait-Il pour moi ce conjoint&nbs...
7
avgustin irena maucec
La rédaction d'Aleteia
Augustin et Irène, 25 ans de fidélité malgré le handicap
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement