Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Peut-on être chrétien et s’inscrire sur un site de rencontres ?

WEDDING RING
Partager

Le père Ludovic Frère, recteur du sanctuaire de Notre-Dame du Laus et auteur du livre « Déconnexion – Reconnexion, une spiritualité chrétienne du numérique » (Artège), porte un regard lucide sur le principe des sites de rencontres. Il les définit comme des outils aidant à la réalisation du plan de Dieu, à condition d’être vigilant sur le choix d’un site et de les utiliser dans une démarche saine et ajustée. Il accompagnera Theotokos, un site de rencontres chrétien, lors de son université d’été à Notre-Dame du Laus du 30 juillet au 5 août. Au programme, temps de partage, enseignements, temps sportifs et festifs. Entretien.

S’inscrire sur un site de rencontre comme Theotokos ne va-t-il pas à l’encontre de la foi chrétienne qui prône une confiance totale en la Providence divine ? Non, il ne faut pas confondre inertie et abandon entre les mains du Seigneur. Pour découvrir le plan d’amour que Dieu réserve à chacun, hommes et femmes sont invités à adopter une démarche dynamique, entreprenante, tout en conservant une attitude de confiance envers le Christ. La rencontre avec l’autre dépend aussi de nous ! S’inscrire sur un site de rencontres est un moyen, parmi tant d’autres, de découvrir quel est ce plan d’amour.

Aleteia : Peut-on être chrétien et s’inscrire sur un site de rencontres ? N’est-ce pas fausser le plan d’amour que Dieu réserve à chacun de nous ?
Ludovic FrèreAller sur un site de rencontres comme Theotokos ne fausse pas plus le plan de Dieu que d’aller à un mariage où on rencontrerait son futur époux ou sa future épouse ! Le numérique est un lieu de rencontres dans lequel le Seigneur est également présent. Internet est un moyen de rentrer en relation avec de « vrais » gens. Il ne faut pas oublier qu’il existe une véritable réalité qui se vit sur le numérique. C’est pourquoi je préfère distinguer le temps en ligne et le temps hors ligne, plutôt que le monde virtuel et le monde réel, puisque aujourd’hui ces deux mondes sont particulièrement imbriqués ! Bien entendu, on ne peut pas se limiter au temps en ligne. « Il y a un moment pour tout, et un temps pour chaque chose sous le ciel », dit l’Ecclésiaste. Arrive le moment où il faut provoquer la rencontre. Et ceci est plus exigeant car la rencontre hors ligne nous amène à se confronter à la réalité de la personne et non à ce qu’elle montre à travers le numérique.

À quoi doit-on être attentif lorsqu’on passe de la rencontre en ligne à la rencontre hors ligne ?
Lorsqu’on passe de la rencontre en ligne à la rencontre hors ligne, on passe de ce que l’on a imaginé à la réalité telle qu’elle est. Soit on l’accueille comme une surprise, soit comme une déception. La confrontation avec la réalité oblige à voir l’autre avec ses limites. Tout l’enjeu de la rencontre « en vrai » réside dans l’acceptation des limites de l’autre. J’aime l’autre aussi pour ses limites. Et il n’y a que la vraie vie qui nous permette de nous confronter aux limites.

Cela n’est pas toujours évident. Surtout lorsqu’une relation naît sur le net. Le numérique peut amplifier cette phase d’idéalisation romantique et faire oublier que nous sommes des êtres limités. Par conséquent, on attend de l’autre plus que ce qu’il est capable de donner. Or il ne faut pas chercher chez un conjoint l’être parfait qui assouvirait toutes nos aspirations. Ce n’est pas possible. Un être humain ne peut pas nous combler entièrement.

Comment adopter une démarche saine sur un site de rencontres ?
On peut citer deux critères garants d’une démarche saine et ajustée. Ils sont valables sur le numérique, en général, et sur les sites de rencontre en particulier : est-ce que l’usage que je fais du numérique conduit à une plus grande fraternité humaine ? Suis-je libre, ou bien esclave du numérique ? Le pape François, lors de son premier message sur les communications sociales en janvier 2014, avait défini Internet comme étant un don de Dieu et appelait les moyens de communication à être « au service d’une authentique culture de la rencontre ». C’est dans ce sens où il faut se demander si la relation éveillée par Internet me rend plus attentif aux autres. D’autant plus que le numérique aurait tendance à amplifier le caractère exclusif d’une relation. Si je deviens plus attentif aux personnes qui m’entourent, alors la relation vient de Dieu. Si je m’isole, alors ce n’est pas un don de Dieu. L’autre critère, pour vérifier la base de toute relation, même numérique, c’est la liberté. Si, au fondement de la relation, il n’y a pas la liberté, alors il ne peut pas y avoir l’amour. Concernant le numérique et les sites de rencontres, on parle d’abord de liberté intérieure. Sur Internet, est-ce que je reste moi-même ? Ou bien est-ce que je joue un rôle ?

Afin que les rencontres ne se bornent pas à la seule sphère du virtuel, afin d’approfondir des relations sur plusieurs jours, dans un cadre apaisant, plutôt que de les effleurer lors d’un rendez-vous dans un café, afin de connaître les limites d’un autre au lieu de l’idéaliser, venez découvrir l’université d’été des célibataires à Notre-Dame du Laus, organisée du 30 juillet au 5 août par le site de rencontres TheotokosEn savoir plus sur l’université d’été à Notre-Dame de Laus organisée par le site Theotokos

En partenariat avec

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.