Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Quand on a raté ses efforts de Carême

CHILD COVERING MOUTH
Shutterstock
Partager

Les derniers jours avant Pâques sont un temps de vérité pour reconnaître humblement ses propres faiblesses, les accepter et se remettre sur les rails.

Le début du Carême est un peu comme le Nouvel An : on fait des projets, on prend de bonnes résolutions, et on se dit « je vais changer », parfois de manière radicale, espérant ainsi tenir jusqu’au bout. Mais 40 jours c’est beaucoup et il est très fréquent que certaines résolutions tombent à l’eau, qu’on n’en tienne que quelques unes. Que faire dans ce cas là ?

Voici cinq conseils qui pourraient vous être utiles :

1 – Chercher où cela n’a pas marché et accepter l’échec

La première chose à faire dans ce cas-là c’est essayer de comprendre où l’on a buté, de voir ce qui nous a empêché de tenir notre bonne résolution, mais sans se décourager ou s’apitoyer sur son sort. Et, surtout, ne pas croire que c’est parce qu’on est nul, incapable d’aller jusqu’au bout d’un projet que l’on s’est fixé.

2 – Faire un examen de conscience, aller se confesser et prier

Pour trouver la raison qui nous a empêché de tenir, il faut un examen de conscience sincère et objectif. Demander pardon en allant se confesser, et prier. Cela aide à trouver le silence et à pouvoir écouter la voix de Dieu. Dieu nous parle toujours. Le problème c’est que tout un tas de bruits nous entourent qui nous empêchent de l’entendre. Il n’y a pas mieux que le silence et la prière pour se concentrer davantage sur ce qu’Il veut nous dire.

KSIĄDZ W KONFESJONALE
Shutterstock

3 – Écouter notre entourage

Il y a la voix de Dieu, mais il y a aussi celle de nos amis, de notre famille, de prêtres et d’autres personnes qui nous aiment et souhaitent que nous nous améliorions, qui veulent notre bonheur. Un avis extérieur est souvent plus objectif que le nôtre. On est trop impliqué personnellement dans ce qui nous touche directement. Demander de l’aide à quelqu’un que l’on connaît peut être utile. Cette personne peut nous aider à nous repartir d’un bon pied.

4 – Jeûne et aumône

Le jeûne et l’aumône sont, avec la prière, les piliers du Carême. Tous les trois aident à nous concentrer sur les objectifs que l’on s’est fixés. Parce qu’ils nous projettent vers l’extérieur, évitant ainsi que nous nous replions sur nous-mêmes. Jeûner permet en effet de contrôler nos désirs, nous évite de n’avoir que nous-mêmes pour seule référence, et faire la charité est une grâce pour les autres mais également pour nous. On sort de soi-même pour aller à la rencontre d’une personne qui est dans le besoin.

5 – Reprendre la résolution abandonnée et recommencer

Je n’ai pas tenu une résolution que je m’étais fixée pour le Carême ? Tant pis. Ce qui compte c’est d’avoir encore envie de la suivre. Une fois les difficultés reconnues et avoir trouvé les nouvelles « armes » pour se redonner de la force, on est à nouveau sur les rails, et il ne reste plus qu’à repartir avec courage et bonne volonté. La Semaine sainte vient de commencer, on a encore le temps de mettre en pratique nos bonnes résolutions, d’être ce que nous voulons vraiment être, donc… courage, allons-y !

Tags:
Carême
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]