Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 29 octobre |
Saint Narcisse
home iconSpiritualité
line break icon

« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix », la prière de Saint François d’Assise

© Wikipedia

Saint François d'Assise, Giotto.

Alain Kléan - Publié le 08/03/18

C'est l’une des prières catholiques les plus connues au monde. Attribuée à Saint François d’Assise, elle n'a en réalité qu'un siècle d'existence.

Saint François d’Assise l’aurait sûrement signée sans difficulté. Mais il n’est pas à l’origine de cette prière connue dans le monde entier et qui débute par « Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix ». On la doit en réalité à un auteur anonyme du début du XXe siècle. Son contenu et son titre original, « Prière au Sacré-Cœur » ne permet pas dans les faits de pouvoir en douter.




Lire aussi :
« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix » : la prière que saint François n’a pas écrite

Le succès de cette prière demeure néanmoins principalement dû à l’attribution de la prière à saint François, erreur vieille de plusieurs décennies. Elle l’est aussi par la richesse de son contenu conjuguée à une authentique simplicité.  Traduite dans toutes les langues ou presque, de très nombreux chants sont inspirés d’elle. Elle est quasiment devenue la prière officielle des scouts et des familles franciscaines ; les anglicans la considèrent comme la prière œcuménique par excellence ; des églises et des congrégations protestantes sont allées jusqu’à l’adopter comme texte liturgiques. Aleteia se devait de la proposer à ses lecteurs.

Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix!
Là où il y a de la haine, que je mette l’amour. Là où il y a l’offense, que je mette le pardon. Là où il y a la discorde, que je mette l’union. Là où il y a l’erreur, que je mette la vérité. Là où il y a le doute, que je mette la foi. Là où il y a le désespoir, que je mette l’espérance. Là où il y a les ténèbres, que je mette ta lumière. Là où il y a la tristesse, que je mette la joie. O Seigneur, que je ne cherche pas tant à être consolé…qu’à consoler à être compris…qu’à comprendre à être aimé…qu’à aimer Car
c’est en donnant…qu’on reçoit c’est en s’oubliant …qu’on trouve c’est en pardonnant…qu’on est pardonné c’est en mourant…qu’on ressuscite à la vie éternelle.
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
Timothée Dhellemmes
En Europe, les lieux de culte se reconfinent ...
belle mère et belle fille
Jeanne Larghero
S’embrouiller avec sa belle-mère en trois leç...
KOMUNIA ŚWIĘTA
Mathilde de Robien
A.R.D.O.R., un bel acrostiche pour savoir com...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement