Les 4 articles les plus partagés

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix », la prière de Saint François d’Assise

© Wikipedia
Giotto, Saint-François d'Assise
Partager

C'est l’une des prières catholiques les plus connues au monde. Attribuée à Saint François d’Assise, elle n'a en réalité qu'un siècle d'existence.

Saint François d’Assise l’aurait sûrement signée sans difficulté. Mais il n’est pas à l’origine de cette prière connue dans le monde entier et qui débute par « Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix ». On la doit en réalité à un auteur anonyme du début du XXe siècle. Son contenu et son titre original, « Prière au Sacré-Cœur » ne permet pas dans les faits de pouvoir en douter.

Le succès de cette prière demeure néanmoins principalement dû à l’attribution de la prière à saint François, erreur vieille de plusieurs décennies. Elle l’est aussi par la richesse de son contenu conjuguée à une authentique simplicité.  Traduite dans toutes les langues ou presque, de très nombreux chants sont inspirés d’elle. Elle est quasiment devenue la prière officielle des scouts et des familles franciscaines ; les anglicans la considèrent comme la prière œcuménique par excellence ; des églises et des congrégations protestantes sont allées jusqu’à l’adopter comme texte liturgiques. Aleteia se devait de la proposer à ses lecteurs.

Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix!
Là où il y a de la haine, que je mette l’amour.
Là où il y a l’offense, que je mette le pardon.
Là où il y a la discorde, que je mette l’union.
Là où il y a l’erreur, que je mette la vérité.
Là où il y a le doute, que je mette la foi.
Là où il y a le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où il y a les ténèbres, que je mette ta lumière.
Là où il y a la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant
à être consolé…qu’à consoler
à être compris…qu’à comprendre
à être aimé…qu’à aimer

Car
c’est en donnant…qu’on reçoit
c’est en s’oubliant …qu’on trouve
c’est en pardonnant…qu’on est pardonné
c’est en mourant…qu’on ressuscite à la vie éternelle.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.