Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Liban : condamnés à lire des versets du Coran sur Marie

OUR LADY OF LEBANON
By DemarK | Shutterstock
Partager

Au Liban, deux jeunes hommes musulmans qui avaient profané une statue de la Vierge Marie, ont été condamnés à apprendre par cœur les sourates du Coran relatives à Marie.

Deux élèves musulmans de l’école technique de Mounjez, un village chrétien du nord du Liban, s’étaient vantés d’avoir profané une statue de la Vierge Marie. Ils l’ont arrachée de son socle et ont mimé des comportements obscènes, qu’ils se sont empressés de publier sur WhatsApp. La vidéo, diffusée auprès de leurs camarades de classe, leur a valu d’être appréhendés par la police. Ils ont fini devant la juge d’instruction Jocelyne Matta, elle-même chrétienne.

Étonnant Liban…

Cette histoire résume toute la complexité de la mosaïque libanaise, où le meilleur côtoie le pire. Ce pays, historiquement chrétien, est à présent peuplé d’une majorité musulmane, et les fidèles des deux religions sont mêlés. Les écoles chrétiennes, en particulier, sont un lieu privilégié de rencontre, puisque dans beaucoup d’entre elles, les élèves musulmans constituent la moitié de l’effectif.

La juge d’instruction qui hérita du cas des deux petits malfrats était dans une situation délicate… Elle était en droit de demander leur arrestation, mais elle craignait que les deux jeunes hommes attribuent sa sévérité à sa confession chrétienne. Elle a donc trouvé une méthode pédagogique, pour démontrer aux prévenus qu’ils avaient commis une offense à leur propre religion. Prenant l’exemplaire du Coran, sur lequel jurent les témoins musulmans, elle a cherché la sourate al Omrane, consacrée à Marie.

« L’une des plus pures des créatures de Dieu »

Ce texte décrit « Marie mère de Jésus » comme « l’une des plus pures des créatures de Dieu ». La magistrate a lu les versets qui concernent Marie et a condamné les prévenus à lire, à retenir, puis à réciter les sourates en question… Ce qu’ils ont fait, sous la surveillance de la police.

Cette décision de justice singulière a été unanimement saluée. Le Premier ministre musulman, Saad Hariri allant jusqu’à la décrire comme « le summum de la justice » dans un tweet.

Mgr Georges Abou Jaoudé, évêque maronite de Tripoli, a de son côté estimé que la décision de la magistrate « privilégie la conscientisation des jeunes, dont le comportement démontre souvent l’ignorance ».

Marie la réconciliatrice

Le personnage de la Vierge Marie est en effet révéré par le Coran, et par la plupart des musulmans. C’est la raison pour laquelle le 25 mars, date de l’Annonciation a été déclaré en 2010 « fête nationale commune islamo-chrétienne » par le gouvernement libanais, sur proposition de Saad Hariri. Le Premier ministre libanais a choisi la fête de l’Annonciation, car elle est décrite dans le Coran et dans la Bible d’une façon assez similaire…

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.