Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Journée de la vie consacrée : sœur Marie-Magdeleine, une religieuse adoratrice

Soeur Marie Magdeleine journée de la vie consacrée
Philippe-Edouard Grardel
Partager

À l’occasion de la journée de la vie consacrée, Aleteia vous propose de découvrir la palette des vies consacrées. Rencontre avec une sœur contemplative du monastère Notre-Dame d’Orient (Aveyron).

La journée de la vie consacrée nous invite à « remercier le Seigneur pour le grand don de la vie consacrée, qui enrichit et réjouit l’Église par la multiplicité des charismes et le dévouement de tant de vies totalement données au Seigneur et aux frères » (Jean Paul II)¹.

Cela nous permet de rencontrer  sœur Marie-Magdeleine, bénédictine de l’Adoration Perpétuelle du Saint-Sacrement. La grâce de sa communauté, comme son nom l’indique, c’est l’adoration perpétuelle du Saint-Sacrement. Une adoration réparatrice. Une explication s’impose : il s’agit de donner un surcroît d’amour au Saint-Sacrement pour consoler le cœur eucharistique de Dieu.

Une abbesse hors du commun

Quand cet institut de vie consacrée est né, au XVIIe siècle, les guerres de religion déchiraient la France et les profanations étaient légion. Cette prière serait-elle désuète dans notre monde contemporain ? Non, car « les profanations, il y en a toujours, et nous réparons aussi pour les indifférences ». Les religieuses vivent au rythme de la règle bénédictine. Office liturgique et temps communautaires occupent une place essentielle. Avec une particularité. Ici, les sœurs ont choisi une abbesse hors du commun : la Vierge Marie elle-même, qu’assistent une prieure et une sous-prieure.

En effet, elle occupe une grande place dans la vie des moniales. D’aucuns pourraient s’interroger sur l’utilité de ces femmes en retrait. « Nous sommes à l’écart du monde pour le porter dans la prière. Au désert, nous rencontrons Dieu et nous lui présentons l’humanité. Nous sommes comme une porte pour aspirer Dieu dans notre monde ». Un aspirateur spirituel, en somme.

C’est vrai que sœur Marie-Magdeleine ne semble pas abattue. « On pense souvent que Dieu nous frustre. Or, il est là pour notre bonheur. Si on répond à son appel, la joie est là ». Elle cherchait une communauté où elle pourrait rire, confie-t-elle en s’esclaffant. Elle semble avoir été exaucée. Et aujourd’hui, conclut-elle, « ce qui fait ma joie, c’est la rencontre avec Dieu ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]