Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Cinq raisons qui font que certains amis sont comme des frères et sœurs

FOUR FRIENDS
Helena Lopes I Unsplash
Partager

On dit souvent que nos amis sont une seconde famille. Cela démontre l’importance que peuvent avoir certains amis dans nos vies. Retour sur ce lien si spécial qui peut se créer entre deux personnes, au point qu’elles se considèrent comme frères et sœurs.

« Il y a des relations qui tournent mal, mais il y a l’ami plus attaché qu’un frère », peut-on lire dans les Proverbes (18.24). L’amitié, ça se définit comme un lien d’affection fort entre deux personnes. On dit parfois que l’on choisi ses amis, pas sa famille. D’autres disent : « Cet ami est comme un frère pour moi ». Qu’est-ce qui nous pousse à considérer quelqu’un comme partie intégrante de notre famille, alors qu’il n’en est rien génétiquement ?

Plusieurs points communs peuvent être trouvés entre l’amitié et la fraternité. Voici comment l’amour fraternel peut s’éprouver bien au-delà du lien du sang.

Le partage de valeurs morales

Tout d’abord, un ami est une personne avec qui l’on partage des principes, valeurs, avec qui l’on a des règles communes. Ceci se rapproche fortement du lien fraternel qui implique le partage de valeurs morales, le principe de solidarité qui unit les membres d’une même famille. Tout comme avec un frère ou une sœur, nous tombons d’accord sur certaines règles de conduite, principes éthiques, acquis par l’éducation ou l’expérience.

Une notion de proximité

Au fur et à mesure de la vie, une certaine intimité se créé avec nos amis. En effet, tout comme avec des frères et sœurs, nous partageons des secrets, des confidences et osons nous montrer vulnérables. C’est souvent aux côtés de nos amis que nous faisons les 400 coups, que nous essuyons nos premiers échecs et réussites, nos coups de cœur et justement, coups durs, moments où, dit-on, l’on reconnaît nos véritables amis.

Des souvenirs en commun

Le temps passe et les évènements mémorables s’enchaînent. La création de sentiments vient avec celle de souvenirs en communs. Progressivement, nous vivons des choses fortes avec nos amis, qui restent gravées dans nos têtes et nos cœurs. Cela créé des liens, des anecdotes et forge un passé partagé. Nous traversons des périodes de vie ensemble, tels des frères et sœurs face à la vie, se procurant soutien et motivation. Au final, nous partageons les mêmes références, tels des membres d’une même famille ayant grandit ensemble.

Des disputes et déceptions

Qui dit relation de frères et sœurs, dit disputes également… Avec un ami aussi proche, il existera forcément des moments de tensions. Il se peut même que l’on soit déçu, ou blessé. Le pardon et les explications sont de mise, mais justement, lorsque l’amitié est si forte, nous retrouvons un trait de caractère essentiel à avoir : l’humilité. Quand nous aimons un ami comme un frère, nous sommes prêts à écouter et accepter des excuses, ou alors à en faire nous-mêmes lorsque nous sommes en faute. Or ces disputes justement, ainsi que notre aptitude à pardonner, nous ferons prendre conscience de l’importance de cette amitié, qui est intense malgré l’absence d’un lien de sang.

De l’amour et de la confiance

Enfin, la différence entre la « simple amitié » et « l’amitié fraternelle » réside aussi dans les sentiments que l’on éprouve. Pour un ami que nous considérons comme un frère ou une sœur, il s’agit clairement d’amour. Nous lui faisons entièrement confiance, alors qu’il se pourrait même que l’on ne puisse pas en dire autant de nos vrais frères et sœurs. Pourquoi ? Certainement puisque justement, nos amis, au contraire de notre famille, nous les choisissons, comme le dit le dicton. Pour finir, rappelons cette citation de Montesquieu, philosophe qui avait déjà réfléchit à la question : « Ce ne sont pas seulement les liens du sang qui forment la parenté, mais ceux du cœur et de l’intelligence ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.