Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Suspectée de vol, elle œuvrait en réalité pour les plus pauvres

ELIZABETH
Partager

Sainte Élisabeth de Hongrie, princesse de son État, constitue un admirable exemple de charité.

Sainte Élisabeth, fille du roi André II de Hongrie, vécut au XIIIe siècle. Elle développa dès le plus jeune âge une foi fervente et une attention particulière envers les plus pauvres. Mariée à l’âge de 14 ans à Ludovic de Thuringe, c’est elle qui prit en main les affaires du royaume lorsque son époux se rendit en Italie pour la Diète de Crémone. Elle profita d’avoir le champ libre pour venir personnellement en aide aux pauvres qu’elle plaça sous sa protection.

D’après divers récits, elle entreprit de faire l’aumône à travers tout le fief de son mari, allant jusqu’à donner ses robes et ses bijoux aux plus démunis. Elle fit construire un hôpital aux pieds du château où elle allait tous les jours rendre visite aux malades. Dans le même temps, elle venait quotidiennement en aide à près de mille personnes dans le besoin.

Accusée de vol

Un jour, alors que Ludovic était de retour et prenait part à une partie de chasse, il rentra au château accompagné de ses amis et rencontra sa femme qui semblait dissimuler quelque chose sous sa cape. Les compagnons du roi la suspectèrent immédiatement de vol, et son mari lui demanda de montrer ce qu’elle cachait. Élisabeth avait alors les bras chargés de nourriture destinée aux pauvres, mais lorsqu’elle ouvrit son manteau, un magnifique bouquet de roses rouges et blanches, symbole de la beauté de sa charité, lui échappa des mains.

En 2010, Benoît XVI consacra une audience générale à la figure d’Élisabeth qu’il conclut en ces termes : « Dans la figure de sainte Élisabeth, nous voyons que la foi et l’amitié avec le Christ créent le sens de la justice, de l’égalité entre tous, des droits des autres et créent l’amour, la charité. Et de cette charité naît aussi l’espérance, la certitude que nous sommes aimés par le Christ et que l’amour du Christ nous attend et ainsi nous rend capables d’imiter le Christ et de voir le Christ dans les autres. Sainte Élisabeth nous invite à redécouvrir le Christ, à l’aimer, à avoir la foi et trouver ainsi la vraie justice et l’amour, ainsi que la joie d’être un jour plongés dans l’amour divin, dans la joie de l’éternité avec Dieu. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]