Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 27 juillet |
Sainte Nathalie et ses compagnons
home iconSpiritualité
line break icon

Père René-Luc : la parabole du radiateur ou si Dieu est bon, pourquoi la souffrance ?

Père René-Luc - Agnès Pinard Legry - Publié le 16/01/18

Récits allégoriques, les paraboles s’avèrent être de puissants moyens d’annoncer la parole. Fondateur avec Mgr Carré de CapMissio, l’école de Mission de Montpellier, le père René-Luc a décidé d’utiliser le même moyen pour évangéliser.

C’est certainement la question sur laquelle les chrétiens sont le plus interpellés : si Dieu est bon, pourquoi la souffrance existe-t-elle ? Et la réponse interpelle tout autant : pour exercer notre liberté.

Dieu n’a pas créé le mal mais il a fait de l’homme une créature intelligente, libre et donc capable de dire non. À l’image d’un père qui parle à ses enfants pour les empêcher de se blesser et les prévenir des multiples dangers qui existent, Dieu nous interpelle. Mais il ne nous oblige pas. « Dans la Bible on parle d’un Dieu tout puissant, le Dieu des armées. Mais en fait il s’agit d’un dieu désarmé face à notre liberté », souligne le père René-Luc.




Lire aussi :
Aucune souffrance n’est inutile

Il est nécessaire de comprendre que l’essentiel du mal et de la souffrance que nous côtoyons au quotidien vient de l’exercice de notre liberté. « Bien sûr les catastrophes naturelles et les maladies sont aussi source de souffrance et ne sont pas liées à notre liberté. La mort reste toujours un mystère qui nous dépasse et qu’il faut lier à l’origine du péché, reconnait le père René-Luc. Mais si tous les hommes exerçaient leur liberté dans le bon sens, en mettant en pratique l’enseignement de Dieu, il y aurait déjà beaucoup moins de souffrance ! »

« Jésus n’est pas venu supprimer la souffrance »

Face à ce mal qui nous dépasse et n’est pas dû à notre liberté, Dieu nous donne une réponse. Cette réponse, c’est Jésus. Ce n’est pas de dire : « Vous allez croire en moi et ainsi ne plus connaître la souffrance » mais de prendre cette souffrance sur lui comme personne, et de la traverser, de la transcender. « Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure », peut-on ainsi lire dans le psaume 22. Il n’y a pas une seule souffrance que Jésus ne connaît pas. Aucun d’entre nous n’a souffert comme Jésus et quand il nous tient la main dans les épreuves, cela a du sens car il est passé par là. « Jésus n’est pas venu supprimer la souffrance ni même l’expliquer, mais l’habiter de sa présence ». (Paul Claudel)




Lire aussi :
Pour Mère Teresa, la joie de l’amour contient aussi les germes de la souffrance

Tags:
parabolesouffrance
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
2
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
3
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
4
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
5
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
6
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
7
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement