Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Elles ont cousu leur robe de mariée elles-mêmes

WOMAN SEWING
Partager

Du choix du patron aux bonnes adresses de tissus, en passant par les précautions à prendre pour coudre les matières délicates, découvrez les conseils de passionnées de couture qui ont décidé de coudre leur propre robe de mariée.

Pour la symbolique, le défi ou parce qu’elles n’avaient pas le choix, elles ont décidé de coudre leur robe de mariée elles-mêmes. Elles ont bien voulu nous raconter cette aventure palpitante, riche en émotions, souvent accompagnée de stress mais surtout très gratifiante. Nous avons écouté avec attention tous leurs conseils afin d’aider et d’encourager celles d’entre vous qui souhaitent se lancer dans ce grand projet !

Pour coudre votre robe de mariée, prévoyez du temps

L’un des premiers points à ne surtout pas minimiser est le temps qu’il vous faudra pour coudre la robe de mariée dont vous rêvez. Si la confection de la robe à proprement parler varie d’une semaine à un mois en fonction du modèle choisi, du rythme et du niveau de couture de chacune, en général, il faut compter 6 mois entre le moment où l’on se met à la recherche du modèle et celui où l’on pose la touche finale.

Ainsi, conseille Camille P, qui coud depuis son plus jeune âge, « si vous hésitez à coudre votre robe, ne tergiversez pas trop longtemps ». Eh oui ! Le temps passé à se demander si on franchit le pas ou non est du temps en moins passé sur la robe.

© Philip Tinel
Le dos boutonné très délicat de la robe de Camille P.

Sachez estimer votre niveau de couture

Vous hésitez mais doutez de votre niveau de couture ? Ne vous méprenez pas. Bien sûr, il faut avoir de bonnes bases en couture mais, non, coudre sa robe de mariée soi-même n’est pas réservé aux expertes. Bon nombre des personnes avec qui nous nous sommes entretenues ont appris la couture par elles-mêmes, sans jamais prendre de cours, en s’aidant « simplement » d’Internet et de livres comme Couture Sewing Techniques de Claire B. Shaeffer, cité par Marie G.

Attention toutefois à bien estimer votre niveau. C’est l’une des difficultés soulignées par Pauline V, qui a choisi de réaliser la même robe de mariée que celle de sa mère et qui a donc dû la découdre intégralement pour reproduire le patron. Ne vous lancez pas dans un modèle et des matières qui vous dépassent complètement même si, quoi qu’il en soit, coudre votre propre robe de mariée sera bien évidemment l’occasion de faire d’immenses progrès en couture.

COUDRE SOI MEME SA ROBE DE MARIEE
© Philip Tinel
L'incroyable tombé de la soie de la robe de Camille P.

Faites des essayages en boutique de mariage

Si vous n’avez pas d’idée précise en tête pour votre robe de mariée, ou au contraire, si vous en avez une, Laura D. vous conseille d’aller faire des essayages en boutique afin de vérifier si la coupe vous met parfaitement en valeur. Il serait dommage de se lancer dans la confection de la robe pour vous rendre compte ensuite que le modèle ne vous plaît pas.

Faites une (ou plusieurs) toile(s)

Que vous partiez d’un patron, que vous mixiez plusieurs patrons pour créer la robe parfaite (ce qu’ont dû faire beaucoup de couturières face à l’offre très limitée) ou que vous construisiez votre propre patron, il est fortement recommandé de faire une toile (première version dans un tissu pas cher au tombé similaire à votre tissu final) afin de vérifier que votre robe tombe comme vous le souhaitez et, si ce n’est pas le cas, de faire les modifications nécessaires. À ce titre, pour vous faciliter la tâche, Pauline V. conseille d’investir dans un mannequin de couture que vous pourrez régler à vos mensurations. Vous pourrez ainsi poser les différentes pièces (qui prennent de la place) sans vous y perdre, et procéder seule aux différents ajustements. Ayez aussi en tête qu’avec le stress, vous perdrez probablement un peu poids à l’approche du mariage. Mieux vaut donc que votre robe soit ajustée plutôt qu’un peu grande.

Faites-vous conseiller

Attention, si vous vous lancez dans la réalisation d’une robe de mariée sans patron, Camille P. vous recommande d’avoir des notions ou, à défaut, d’avoir une personne référente qui puisse vous guider tout au long du processus de création. Faites-vous également aider pour choisir votre tissu. « Un œil extérieur est indispensable pour mener à bien cette merveilleuse réalisation », précise Sandrine M.

Les conseils de vendeurs expérimentés vous seront particulièrement utiles pour coudre les matières délicates comme la soie, la dentelle ou encore l’organza que l’on n’a pas l’habitude de travailler. Pensez à vous renseigner sur l’entretien des tissus que vous achetez. Pour éviter toute déconvenue, prenez plus de tissu que nécessaire. Pour son jupon, Marie G. n’avait acheté que la quantité dont elle avait besoin. Or, malgré les instructions données au pressing, son tissu a rétréci et elle a finalement dû récupérer le jupon de sa toile pour sa robe de mariée finale…

CONSEILS POUR COUDRE SA ROBE DE MARIEE
© Marguerite-Marie M.
La robe cousue par Marguerite-Marie M. pour son mariage

Trouvez les bonnes adresses de tissus

Quand on demande aux couturières passionnées ce qui a été le plus difficile pour elles, trouver le bon tissu est ce qui revient le plus souvent. Parmi les adresses où elles ont finalement trouvé leur bonheur, on trouve notamment Tissus Reine (dans le XVIIIe arrondissement de Paris) mais aussi les grossistes du Sentier ou encore Hurel dans le XXe arrondissement. Vous pourriez aussi avoir de bonnes surprises chez Mondial Tissus, comme Marguerite-Marie M. qui y a trouvé un très beau taffetas ivoire.

Prévoyez un grand espace de travail propre

Une fois que votre toile est validée et que vous avez trouvé le tissu de vos rêves, la confection de la robe peut commencer. Toutes les personnes interrogées sont unanimes : la quantité de tissu à couper est telle qu’il vous faudra un grand espace de travail. Prévoyez une pièce dédiée, poussez les meubles et protégez le sol avec un grand drap pour ne pas salir votre tissu. Pour vous donner un ordre d’idée, afin de positionner et couper toutes les pièces dans le bon sens, Camille P. a acheté 9m de tissu rien que pour la partie jupe de sa robe. Coudre sa robe robe de mariée implique donc de disposer de beaucoup d’espace pour travailler dans de bonnes conditions.

Au moment de couper votre tissu, prenez votre temps, conseille Bénédicte B. et, si possible, ayez quelqu’un avec vous « qui vérifie qu’il n’y a pas d’erreur au moment de la coupe comme le droit fil, le sens du tissu, ou une pièce de patron à l’envers par exemple ». Si vous travaillez de la dentelle ou un tissu à motifs, « pensez également aux raccords » avant de couper, rappelle Mylène B.

Prenez les précautions nécessaires pour travailler les matières délicates

Les matières que vous travaillez sont délicates. Prenez toutes les précautions nécessaires, et pour vous faciliter la tâche et éviter les erreurs, bâtissez vos coutures avec un point large à la main avant de faire vos coutures finales à la machine. Vous pourrez ainsi vérifier que vous avez assemblé les pièces dans le bon sens et vous pourrez coudre à la machine sans être gênée par les épingles.

Pour la soie, explique Camille P., il vous faudra une aiguille très fine et vous devrez régler le poids de votre pied de biche de façon à ce qu’il soit plus léger et ne marque pas votre tissu.

Pour la dentelle, cousez avec un point zigzag très serré car le point droit classique ne permet pas d’assembler correctement cette matière composée de « trous ». Pour ne pas marquer les tissus délicats que vous travaillerez, utilisez des épingles très fines. Enfin, veillez également à ce que votre machine à coudre soit propre afin qu’elle ne vienne pas tacher votre tissu.

Vous hésitez encore à vous lancer ? Le prix que vous coûtera votre robe devrait vous convaincre de tenter l’aventure. De 130 à 1000 euros en fonction des modèles et matières choisies, coudre sa propre robe est bien souvent beaucoup plus rentable qu’acheter une robe en boutique. Mais c’est surtout une expérience incroyable, une fierté absolue et l’occasion de faire des progrès inestimables en couture. Si c’était à refaire, toutes les personnes avec qui nous avons échangé le referaient malgré le stress que cela peut engendrer. Et aux superstitieuses qui pensent que coudre sa robe de mariée porte malheur, Bénédicte B., qui vient de fêter ses 29 ans de mariage, vous prouve le contraire !

Merci à l’équipe de Makerist, école de couture, tricot et autres loisirs créatifs en ligne, qui nous a permis de recueillir tous ces témoignages de passionnées de couture et merci à toutes les personnes qui ont accepté de partager leur expérience.

Et du côté des blogs…

Les blogs sont aussi une vraie mine d’informations et une vraie source d’inspiration lorsque l’on souhaite coudre soi-même sa robe de mariée. Voici nos coups de cœur :

– La sublime robe bustier créée par Matylda (Les Pimprenelles) à l’aide du livre Robes de mariée de Teresa Gilewska.

– La superbe robe à la découpe dos originale en dentelle de Calais cousue par Estelle (Telle est une Estelle) à partir de deux patrons.

– La robe en crêpe de soie au tombé incroyable cousue par Christine (Petits bonheurs dans mon atelier) pour sa fille.

Tags:
mariage
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.