Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Comment utiliser le crucifix dédié au sacrement des malades ?

CHRIST ON THE CROSS
Partager

C’est dans la tradition catholique de faire appel à un prêtre, lorsqu’un proche est très malade ou très âgé, sans pouvoir sortir de chez lui.

Autrefois, le sacrement réservé aux personnes très malades ou mourantes était appelé « extrême-onction ». Aujourd’hui, appelé « onction des malades » ou « sacrement des malades », il n’est plus exclusivement destiné à ceux qui sont proches de la mort. C’est l’un des sept sacrements : il permet à la personne souffrante de recevoir une force divine, qui l’accompagne dans l’épreuve.

Par le passé, quand les malades mouraient le plus souvent chez eux, il était commun d’avoir à portée de main un crucifix spécifique pour l’onction des malades, en cas d’une visite en urgence d’un prêtre. Ce crucifix était généralement accroché au mur de la chambre, au-dessus du lit. Il contenait un petit compartiment caché, que l’on découvrait en faisant glisser le devant de la croix vers le bas. Dans le compartiment ainsi découvert se trouvaient deux lumignons, une petite bouteille d’eau bénite et parfois un morceau de tissu blanc.

L’intérêt de ce crucifix particulier – que certains ateliers produisent encore aujourd’hui – est de faciliter la célébration du sacrement des malades, en permettant de préparer un petit autel à côté du lit de la personne souffrante.  Autrefois souvent offert en cadeau de mariage, il était accroché au-dessus du lit des mariés, prêt à être utilisé en cas de maladie grave. C’était aussi un rappel pour les époux de leur engagement mutuel à rester fidèles « dans la santé et la maladie ».

Voici quelques instructions pour préparer la visite d’un prêtre pour la célébration du sacrement des malades.

Préparez une petite table à côté du lit

Choisissez une table de nuit ou une table pliante : elle servira pour disposer les différents objets du rituel.

Placez un linge blanc sur la table

Vous pouvez recouvrir la table d’un linge blanc, semblable aux nappes sur les autels pour la célébration des messes. Si la personne souffrante est proche de la mort, ou a demandé à recevoir la Communion, le prêtre apportera un petit récipient, appelé « pyxide » ou « custode », contenant une hostie consacrée.

Il placera ensuite la pyxide sur la table : la nappe blanche est un signe de respect au Seigneur, véritablement présent dans l’Eucharistie (il en va de même quand un Ministre extraordinaire apporte la Communion à une personne malade, à l’hôpital ou chez elle).

Mettez le crucifix sur la table

Lorsqu’il est ouvert, le crucifix dédié à l’onction des malades peut être placé en position verticale, tenu par une fente dans sa base. Ce crucifix encourage le malade à unir ses souffrances à celles du Christ sur la croix.

Placez un lumignon de chaque côté du crucifix

Le crucifix présente également deux autres fentes, une de chaque côté de la croix. C’est là que les lumignons doivent être placés et allumés lorsque le prêtre arrive. Le but est de reproduire l’autel de l’Église, pour rappeler à toutes les personnes rassemblées que le Christ est vraiment présent dans l’Eucharistie.

Autres objets (facultatifs)

Une bouteille d’eau bénite peut également être placée sur la table, bien que souvent le prêtre apporte la sienne avec lui. Elle sert à bénir la personne souffrante. Ensuite, le prêtre administre l’onction avec l’huile des malades, reçue chaque année lors de la messe chrismale. Une petite cloche peut également être utilisée après la confession, pour avertir les membres de la famille qu’ils peuvent revenir dans la chambre. Le crucifix pour l’onction des malades est une belle tradition, qui ajoute en solennité à ce sacrement, et rappelle à toutes les personnes rassemblées la présence de Dieu parmi eux.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.