Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Une tradition à faire perdurer : les petits moutons de la crèche

CHRISTMAS CRIB
Pascal Deloche - Godong
Partager

Dans les années 1960, nous avions chacun notre petit mouton dans la crèche familiale. Pour avoir le droit de faire avancer son petit mouton, le soir après la prière, il fallait avoir été sage dans la journée…

Dans certaines familles, un mouton est attribué à chaque enfant parmi les santons de la crèche de Noël. Au début de l’Avent, les parents plaçaient nos moutons assez loin de la crèche et nous devions réussir à les faire avancer à travers un petit coin du salon, de manière à ce qu’ils soient arrivés le plus près possible du petit Jésus le soir de Noël. Évidemment, avec nos yeux d’enfants, la distance à parcourir nous paraissait importante. Nous nous livrions à de véritables calculs, assez ridicules, comme de savoir s’il fallait mieux contourner une lampe ou éviter un bibelot.

Faire avancer son mouton

Toujours est-il que pour pouvoir faire avancer nos moutons, il fallait le mériter. Étaient éligibles : une bonne note à l’école pour ceux qui allaient déjà en classe, un service à la maison pour soulager maman, dire bonjour avec le sourire à une personne âgée dans l’immeuble ou dans le quartier, un effort manifeste pour ranger sa chambre, finir son assiette… Bien entendu toutes ces petites BA quotidiennes peuvent s’actualiser !

Faire reculer son mouton ?

Nos parents ne nous ont jamais obligés à faire reculer nos moutons et pourtant cela a bien dû arriver dans certaines familles… Les parents pouvaient aussi priver un enfant de le faire avancer un soir où il ne l’avait pas mérité. C’était en tous cas notre angoisse. Étaient éligibles : une remarque dans le Carnet, le refus manifeste d’aider à la maison… mais aussi tricher en profitant de l’absence des grandes personnes dans le salon pour faire avancer discrètement son mouton, ou faire reculer discrètement le mouton d’un petit frère… Nous quittions toujours le salon en ayant pris soin de retenir exactement l’endroit où se trouvait notre mouton. Mais il y a sûrement eu des infractions à la circulation et au stationnement et des délits de fuite !

Un cheminement de foi

 Cette petite tradition familiale est un moyen finalement assez simple et assez concret pour faire progresser des enfants vers Noël, à la fois dans le temps et dans l’espace. L’enfant parcourt un vrai chemin avec son mouton, au milieu du salon ou de son environnement quotidien, pour se rapprocher de la crèche. L’objectif est clair : être présent avec les bergers au moment où Jésus va naître. Mériter cette rencontre avec l’Enfant-Jésus nécessite des efforts, mais la récompense est assurée. Bien sûr, on peut aussi ouvrir les 24 fenêtres d’un calendrier de l’Avent, mais il n’y a pas cette notion physique de marche. Dans certaines familles, ce sont les rois mages que les enfants déplacent. Il n’y a que trois santons à déplacer, ce qui peut poser problème selon de nombre d’enfants dans la fratrie, le « trajet » au milieu du salon peut être plus long car le voyage dure jusqu’au 6 janvier. De toute façon, en route !

Tags:
Noël
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]