Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Il y a 25 ans, le premier SMS disait « Joyeux Noël »

Old Cellphone
JEAN-PIERRE MULLER / AFP
En 1992, on imaginait pas qu'il était possible d'écrire avec un téléphone.
Partager

Le 3 décembre 1992, le premier SMS était envoyé d’un ordinateur et souhaitait un « Joyeux Noël » à son destinataire.

Qui peut se passer de SMS aujourd’hui ? Pas grand monde à la lecture des statistiques : en 2016, ce sont quelques 8 000 milliards de SMS qui ont été échangés dans le monde. Soit 2,5 millions chaque seconde. Les Français en consomment à eux seuls 200 milliards par an, avec un pic généralement dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier. Ainsi, fin 2016, ce sont 7,1 millions de messages de « Bonne année » qui ont été envoyés dans l’Hexagone. Un succès qui était presque inimaginable 25 ans plus tôt.

Cette année-là, en 1992, l’entreprise Vodafone imagine un système de messages virtuels écrits pour ses échanges internes. Le projet est mené à bout et le 3 décembre, un ingénieur, Neil Papwort, adresse à un de ses collègues, Richard Jarvis, deux mots  : « Merry Christmas ! ». « Comme les téléphones portables n’avaient pas encore de clavier, j’ai tapé le message sur un PC. Il disait “Joyeux Noël” et je l’ai envoyé à Richard Jarvis qui était à une fête de Noël du bureau », se rappelait Neil Papworth dans The Guardian en 2012. Une anecdote qui révèle assez bien comment les textos étaient dès le départ un bel outil pour créer du lien entre les hommes.

Se parler ou s’écrire

Cependant, quand la société anglaise a conçu ce système, il n’était pas destiné au grand public, mais simplement à ses employés. Les Anglais pensent alors que les gens préfèrent se parler de vive voix plutôt que de s’écrire. Le développement des téléphones portables va changer la donne. En 1994, le finlandais Nokia décide d’utiliser le système pour le proposer à ses clients. À l’époque, l’utilisation des SMS n’allait pas encore de soi.

Lire aussi : La page Facebook de leur paroisse est l’une des plus populaires au Royaume-Uni

« Nous avions fait une étude de marché et 85 % des Français n’étaient pas intéressés car disaient-ils, “un téléphone c’est fait pour parler pas pour écrire”… Si nous les avions écoutés, nous n’aurions pas lancé l’offre. Il a fallu tout de même attendre 1999 et l’interopérabilité pour que le succès arrive », explique aujourd’hui Jean-Michel Huet, qui a participé au lancement des SMS chez France Telecom.

Les choses ont depuis radicalement changé. D’après une étude publiée par le Crédoc en décembre 2016, seuls 23 % des Français se servent régulièrement de leur portable pour passer un coup de fil, et 40 % des moins de 25 ans n’utilisent jamais la voix avec leur téléphone. Une manie qui fait la fortune des messageries comme WhatsApp et Messenger.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]