Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ces expressions qui ont une origine biblique : « Être le benjamin »

Pixabay
Partager

Découvrez ces expressions que nous utilisons depuis notre plus jeune âge. Certaines ont tellement imprégné notre culture qu’on ne soupçonne pas qu’elles puissent avoir une origine biblique.

Le benjamin désigne le dernier-né d’une famille, celui que l’on appelle parfois affectueusement le « petit dernier » surtout s’il arrive quelques années après les autres enfants de la fratrie. Par extension, c’est aussi l’individu le plus jeune d’un groupe.

Lire aussi : Ces expressions qui ont une origine biblique : « Tohu-bohu »

L’expression nous vient de l‘Ancien Testament, si riche en histoires à rebondissements. Dans le récit de la Genèse, Benjamin est le dernier des douze fils de Jacob (fils d’Isaac et petit-fils d’Abraham) et le second de Rachel, qui meurt en couches. D’abord appelé Ben-Oni (Fils du deuil) par sa mère mourante, il est rebaptisé Benjamin par son père, c’est-à-dire Fils de la droite, la droite étant le côté du bonheur et de la chance. Benjamin est aussi le frère de Joseph, vendu comme esclave aux Égyptiens par leurs frères (en fait leurs demi-frères), jaloux de l’amour que lui porte leur père. Ils dissimulent leur forfait en faisant croire à l’attaque d’une bête sauvage et Jacob, pensant Joseph mort, reporte sa tendresse sur le jeune Benjamin qui devient son protégé.

Lire aussi : Ces expressions qui ont une origine biblique : « Rien de nouveau sous le soleil »

Une belle histoire de pardon

Alors qu’une grande famine sévit dans le pays, Jacob demande à ses fils de partir acheter du blé en Égypte où des réserves ont été constituées. Il garde cependant Benjamin auprès de lui pour être sûr qu’il ne lui arrive rien :

Mais Benjamin, frère de Joseph, Jacob ne l’envoya pas avec ses frères car il se disait : « J’ai peur qu’il lui arrive malheur ! » (Genèse 42, 04)

Lire aussi : Ces expressions qui ont une origine biblique : « Faire des jérémiades »

Ce n’est que contraint et forcé qu’il finit par le confier à ses frères dans un second voyage afin de récupérer l’un des leurs, retenu en Égypte. Joseph, devenu l’un des personnages les plus importants du pays, profite de ce que ses frères ne le reconnaissent pas et les met à l’épreuve.

Mais lorsqu’il veut garder Benjamin comme esclave, ils protègent leur jeune frère qu’ils appellent l’enfant et l’aîné s’offre pour rester à sa place. Joseph, très ému de retrouver son petit frère, dévoile alors son identité et leur pardonne leur trahison. Par la suite, Benjamin sera à l’origine de l’une des douze tribus d’Israël.

Lire aussi : Ces expressions qui ont une origine biblique : « Qui va à la chasse perd sa place »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]