Aleteia

Le pape François à table avec les plus pauvres

Servizio Fotografico - L'Osservatore Romano
Pour le pape François, les pauvres sont un « passeport pour le paradis »
Partager
Commenter

Pour la première célébration de la Journée mondiale des pauvres, le Vatican s’est plié en quatre. Et le pape François a tenu à honorer les héros du jour : il les a conviés à Saint- Pierre pour la messe avant de partager avec eux son repas.

Josiane est une femme entre deux-âges, les traits marquées par de rudes épreuves. Mais ce qui frappe avant tout c’est son sourire resplendissant. Sa joie vient d’un événement très particulier dans sa vie : Josiane a rencontré le pape. Ce qu’ils se sont dit restera dans le secret de leurs cœurs, mais déjà avant la rencontre Josiane avait une litanie de nom à confier à la prière du Saint-Père. Car si Josiane est malade, ce n’est pas à ses souffrances qu’elle pense, mais à sa famille, ses voisins, les amis de la paroisse. Ce moment unique, elle ne veut pas le vivre pour elle-même mais pour ceux qui lui sont chers. Josiane n’a pas grand-chose, mais le peu qu’elle a, elle le donne.

Servizio Fotografico - L'Osservatore Romano

Si Josiane a pu s’entretenir avec le pape François, c’est qu’elle était invitée par lui au Vatican pour la première Journée mondiale des pauvres. Ce sont ainsi plusieurs milliers de personnes démunies qui ont convergé vers Rome et son évêque le 19 novembre 2017. Pour le Souverain pontife, cette journée veut célébrer ceux qui constituent le vrai trésor de l’Eglise. Une Eglise pauvre pour les pauvres, en somme. Car ceux-ci, explique-t-il, ne sont rien de moins qu’on véritable passeport pour le Paradis !

En tant que chef de l’Eglise catholique, le pape François a tenu à montrer l’exemple. D’autant que c’est lui qui a repris l’idée – “soufflée par l’Esprit Saint” selon le pape –  d’Etienne Villemain, fondateur de l’association Lazare, d’instituer une Journée mondiale des pauvres. Pour ouvrir cette journée, le successeur de Pierre a donc célébré la messe dans la basilique Saint-Pierre, entouré de ces milliers de personnes pauvres.

Merci la vie !

Celles-ci ont d’ailleurs été impliquées dans la célébration : lectures, prière universelle et offertoire, tout leur a été confié. La seconde lecture a ainsi été prononcée par Serge, un Français accompagné par Lazare. Plusieurs heures après la messe, il a encore la voix teintée d’émotion. Il s’était longuement préparé et avait répété plusieurs fois pour pouvoir proclamer la Parole de Dieu au mieux dans la basilique devant le pape. Et quand on lui affirme que rares sont les lectures si bien lues, il répond en souriant : “Merci la vie !”.

Servizio Fotografico - L'Osservatore Romano

Après la messe, 1.500 pauvres ont été invités par François à partager son repas. Là, pas d’estrade, de table à l’écart ou de siège majestueux : le pape s’est installé au milieu de ses invités, tel un pauvre parmi les pauvres. Ce qui était frappant, témoignent des participants, ce sont tous les signes de délicate attention. Avec une fanfare, des fleurs et des chocolats, c’était une véritable fête. Quant au repas – gnocchis et tiramisu – il était très bon, d’un niveau jamais connu par bien des personnes présentes. Un avant-goût du banquet du Paradis, a promis le pape pendant le bénédicité.

Au long du déjeuner, certains s’approchent discrètement du pontife, d’autres moins. Tous veulent lui glisser un mot, faire une photo avec lui ou lui remettre un cadeau. Pour Serge, ce repas avec le pape lui a fait découvrir un homme attentionné, à l’écoute de chacun. Malgré la fatigue, le pontife a semblé particulièrement heureux d’être là et tout à fait à son aise, souligne un invité. Les participants ont d’ailleurs fait un véritable triomphe à leur hôte quand il a quitté la salle du repas.

Avec cette journée, s’enthousiasme Serge, François a prouvé que même le plus humble mérite un regard d’amour et de respect. De son coté, Josiane a les yeux qui pétillent. Elle était déjà venue à Rome pour la canonisation de Mère Teresa, en septembre 2016. Mais pour la Journée des pauvres, la Ville éternelle est encore plus belle, glisse-t-elle dans un sourire.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]