Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« Mon père, je vous pardonne », le témoignage fort d’un homme abusé dans son enfance

Daniel Pittet
Daniel Pittet
Partager

KTO TV diffuse ce vendredi 6 octobre à 20h40 « Mon père, je vous pardonne », un documentaire inédit traitant de la pédophilie dans l'Église.

Un sujet courageux. Pour le premier documentaire qu’elle produit intégralement, la chaîne KTO a choisi d’évoquer le témoignage de Daniel Pittet, violé de quand il avait entre 9 et 13 ans ans par un prêtre capucin suisse. Jeune garçon pauvre, ingénu et en manque de père, il avait été la proie facile d’un religieux manipulateur doué pour repérer les enfants en souffrance. Aujourd’hui bibliothécaire à Fribourg, marié et père de six enfants, Daniel Pittet ose affronter cette tragédie. Il avait déjà raconté son histoire en février dernier dans un livre intitulé, Mon Père, je vous pardonne : Survivre à une enfance brisée. Le pape François avait tenu lui-même a préfacer son ouvrage.

 Un homme debout, qui a pardonné

L’ancienne victime, très engagée dans l’Église et à l’origine de nombreuses initiatives d’évangélisation, y raconte un long chemin guérison et de reconstruction, jusqu’à son authentique pardon accordé à son agresseur. Daniel a été aidé dans cette tâche par le père Joël Pralong, qui témoigne dans le reportage de KTO. Ce dernier, curé à Sion et auteur de plusieurs livres, dont Guérir de la blessure du père, s’intéresse aux voies spirituelles qui aident l’humain à grandir et à devenir pleinement lui-même, avec ses failles, ses manques et ses fragilités.

Avec ce reportage, KTO espère poursuivre son travail de vérité, n’hésitant pas à présenter « avec clarté les erreurs parfois très graves commises au sein de l’Église, mais aussi les efforts réels entrepris par ses instances, papes et évêques, pour écouter les victimes, améliorer la formation des clerc ». Philippine de Saint-Pierre, journaliste, directrice générale de KTO et réalisatrice du reportage, estime que ce document dévoile « un homme fragile, certes, mais debout », qui « ne laisse pas indifférent, ni déprimé ». Quelques courts extraits forts ont été mis en ligne, en attendant la soirée du vendredi 6 octobre.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]