Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Deux œuvres du peintre Raphaël authentifiées au Vatican 

© Wikimedia
Chambre de Constantin au Vatican.
Partager

Ces deux peintures ont longtemps été attribuées aux élèves du célèbre peintre italien. 

Voilà près de 500 ans que deux œuvres de Raphaël, maître de la renaissance italienne, se trouvent au Vatican dans l’indifférence générale. L’origine de ces deux peintures a longtemps été attribuée à ses élèves. Mais dans le cadre d’une restauration, en mars dernier, de la chambre de Constantin destinée, à l’époque, aux réceptions et aux cérémonies officielle (musée du Vatican), des experts ont affirmé que ces deux tableaux avaient bel et bien été réalisés de la main du maître. 

Chargé par le pape Jules II de décorer les quatre chambres du Vatican, Raphaël est mort en 1520 avant d’avoir pu achever la dernière des quatre pièces, la chambre de Constantin. Ses élèves ont donc eu la responsabilité d’en terminer l’ornement. Les experts ne s’y sont jamais beaucoup intéressés, préférant les trois autres chambres, décorées par Raphaël lui même.

© Wikimedia
Chambre de Constantin au Vatican.

D’après l’historien de l’art Arnold Nesselrath, c’est au cours de la restauration récente de la chambre que ces deux fresques ont commencé à attirer l’attention des experts. D’une exécution bien plus fine et talentueuse, ces deux peintures se distinguent clairement du reste de la composition. 

Vêtue d’une robe bleue et assise à gauche du portrait du pape Clément Ier, la première figure représente l’Amitié. Une balance entre les mains, la deuxième figure incarne la Justice. Elle se tient tout près de l’Empereur Constantin recevant une vision divine : l’annonce de sa victoire éclatante contre son ennemi Maxence lors de la bataille du pont Milvius en 312.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]