Aleteia

Diapo – Les églises parisiennes détruites lors de la Révolution française

© Wikipédia
L'église paroissiale Saint-Barthélemy, située sur l'île de la Cité, a été bâtie au Ve siècle. En 1138, elle est devenue paroisse royale. Elle a été vendue en 1791 et détruite pendant la Révolution française. Illustration : "Démolition de l'église Saint-Barthelemy, sur l’île de la Cité" par Pierre-Antoine Demachy, 1791, musée Carnavalet, Paris.
Partager
Commenter

En pleine tourmente révolutionnaire, alors que les églises et couvents sont confisqués par l'État, beaucoup d'entre eux furent vandalisés ou même détruits.

Le 2 novembre 1789, un décret déclare que les biens du clergé appartiennent désormais à l’État. Suite à cette décision, de nombreuses églises sont vandalisées, pillées voir même détruites. Ces destructions commencent très tôt, dès 1790. Lorsqu’elles ne sont pas détruites, les église sont vendues à des particuliers et très souvent utilisées comme carrière de pierres. Au cours du XIXe siècle, les destructions se poursuivent. Certaines églises, rachetées par des industriels, sont utilisées comme lieu de stockage sans être véritablement entretenues. Elles finissent alors pas se dégrader et tombent en ruines.

À Paris, on compte environ une trentaine d’églises détruites sous la Révolution. Aleteia en a sélectionné dix à découvrir dans le diaporama ci-dessous.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]