Aleteia
Dimanche 25 octobre |
Saints Crépin et Crépinien
Belles Histoires

Quand amitié et handicap se rencontrent le temps d'un week-end

HANDICAP BOY

© Corinne SIMON/CIRIC

Clotilde Rudent - Publié le 23/06/17

Dans un témoignage brûlant d’amour, Tugdual Derville délivre un message d’espérance fort et accessible pour toute une société en manque d’humanité. "L’aventure À Bras Ouvert : un voyage en humanité" est son premier livre autobiographique dans lequel il retrace avec émotion l’histoire de cette association.

Tugdual Derville a 20 ans lorsqu’il vit une expérience bouleversante : c’est lors du pèlerinage national de Lourdes, en 1982, qu’il rencontre Cédric, un petit garçon atteint d’une lourde infirmité physique. « J’ai découvert l’humanité intacte derrière le mur du handicap. » À la fin du séjour, il veut perpétuer cet art de la rencontre et faire « tomber les murs qui séparent ceux que l’on dit bien portants — et qui ont aussi leurs peines et leurs fragilités — de ceux qui sont porteurs de handicap ».

Quatre ans plus tard, le jeune étudiant de Sciences Po lance l’aventure « À Bras Ouverts » avec une poignée d’amis et organise rapidement des séjours réunissant, en binômes, enfants handicapés et accompagnateurs bénévoles. Les objectifs sont simples : passer du temps ensemble, échanger des joies vraies, partager les difficultés, inclure chaque jeune dans toutes les activités et les conversations. Le but des séjours n’est pas de faire reculer le handicap ; plus qu’une visée thérapeutique ou éducative, c’est la relation humaine, simple et vraie qui prime.

Dans son ouvrage, l’auteur dévoile avec une modestie sincère les réussites, les échecs, les doutes, les joies et les peines qui ont accompagné le lancement du projet. On y lit les fruits d’une œuvre pleinement humaine à travers les yeux de son créateur qui, dans une extrême humilité, explique comment il a été l’instrument de la volonté divine. Aujourd’hui l’association, présente dans 11 villes de France, accueille jusqu’à 600 jeunes chaque année, perpétrant ainsi le dynamisme des débuts.

Le handicap comme réponse à une société malade

Sans angélisme, ni déni de réalité, « À Bras Ouverts » rend possible et favorise la joie simple et balaye les illusions du monde à l’aide du triptyque : amour, respect, fidélité. Dans un Occident malade, ce sont les plus fragiles qui ouvrent la voie vers la guérison.

L’homme se distingue du reste de la création par sa dimension spirituelle qui lui permet de ressentir la présence de Dieu parmi les plus pauvres. Comme Jésus le dit : « Des pauvres vous en aurez toujours » (Jn 12, 8). Alors plutôt que de cacher cette pauvreté que nous ne saurions voir, invitons la dans nos vie, à la manière de Tugdual Derville, en dépassant les préjugés et en pénétrant le mystère de la souffrance : « Je crois que pour beaucoup la rencontre avec l’humanité souffrante et différente fait réfléchir et résonne comme un appel à la vie intérieure, en quête de sens ».

Dans une société qui cultive le « totalitarisme de la performance », où la fragilité et la faiblesse sont incomprises, rien ne sert de chercher les responsables du malheur ; la rencontre avec les plus petits illustre à merveille la parole de Jésus à propos de l’aveugle-né : « Ni lui, ni ses parents n’ont péché, mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. » (Jn 9,3)

Joie et souffrance

La joie est le leitmotiv principal de « À Bras Ouverts ». Nous sommes tous confrontés à la souffrance, nul ne peut faire l’économie de l’épreuve. Et malgré le sentiment d’inconfort, de rejet, de colère que l’on peut ressentir face au handicap, les accompagnateurs de « À Bras Ouverts » font le choix de la « gravité heureuse », comme le dit Tugdual Derville, qui emprunte à la petite Thérèse de Lisieux sa définition de la joie :

« Ma joie, c’est d’aimer la souffrance,Je souris en versant des pleursJ’accepte avec reconnaissanceLes épines mêlées aux fleurs. »

Un des critères de l’humanisation est le consentement à la faiblesse, c’est l’accueil des épreuves dans la joie : « Le monde serait tellement plus sage s’il prenait conscience que bonheur et épreuve, joie et larme, crise et croissance sont compatibles ».

Un message d’espérance

Alors certes, Dieu seul est capable d’un accueil absolu, mais chacun peut faire l’expérience de « la spiritualité du pauvre » car la fécondité des plus petits est universelle. Aujourd’hui, le fondateur d’ABO poursuit son œuvre d’humanisation de la société avec l’association Alliance VITA qui se donne pour objectif de respecter la vie et la dignité de chaque personne humaine. Il y a là toute une culture de vie à développer ensemble, chacun à sa mesure, en commençant par regarder les personnes handicapées non pas comme un mystère inutile, mais comme des acteurs d’humanité ayant un rôle à jouer.

© Emmanuel

L’aventure À Bras Ouverts — Un voyage en humanité, Tugdual Derville, éd. L’Emmanuel, 2017,  (2017), 18 euros. 

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
handicap
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
pope francis with a mask
I.Media
Ce que le pape François a vraiment dit sur l'...
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Domitille Farret d'Astiès
"La France a un incroyable talent" : une fami...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Freira renova votos religiosos de manhã e morre à noite
La rédaction d'Aleteia
Kenya : sœur Caroline renouvelle ses vœux le ...
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement