Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Sainte Élisabeth de la Trinité : « Ȏ mon Dieu, Trinité Que j’adore »

© Wikimedia Commons
Sainte Élisabeth de la Trinité.
Partager

À l’occasion de la fête de la Sainte Trinité, célébrée ce dimanche, Aleteia rend hommage à sainte Élisabeth de la Trinité, carmélite morte à seulement 26 ans.

Lire aussi : Élisabeth de la Trinité canonisée par le Pape !

Ȏ Sainte Élisabeth, toi la « maison de Dieu »
Où tu fis ta demeure,
Toi qui nous as conviés aux splendeurs de ce Lieu
Pour que l’on y demeure ;

Toi qui fis de ton être un majestueux temple
Pour y loger ce Dieu
« Qui nous a trop aimés », pour que tu Le contemples
En attendant les cieux;

Du haut de ton Carmel et du fond de ton cloître
Tu as trouvé l’Accord
Qui a conduit ton cœur chantant à toujours croître
Dans un amour record.

Moi, je dis avec toi :  « Ȏ mon Dieu, Trinité
Que j’adore », et j’adore,
Depuis que Tu as pris ma vile vanité
Je t’aime plus encore ;

Toi qui m’as unifié par Ton Unité trine
Grâce à Ton Verbe saint,
Toi qui m’as insufflé ta Vérité divine
Par les mots de Tes saints ;

Voici que Tu as mis dans ma voie si commune
Un jalon flamboyant :
Élisabeth Catez, de la Trinité Une,
Modèle du croyant ;

Sainte de la grandeur, de la souffrance sage
Et du dépouillement,
Pour mieux s’unir à Dieu, pour être à son image
Par le ravissement.

De son profond silence émane sa « Louange
De Gloire », à Toi, Seigneur,
Toi qui lui as donné amplement en échange
La gloire et le bonheur.

Ȏ Toi son « Christ aimé », au foyer, à l’autel
Elle était ton épouse,
Habillée de ton Aube et ton « Verbe éternel »,
De ta céleste blouse.

De Ton « feu consumant » elle en a fait son âtre,
Fusionnant son esprit
Avec ton Esprit Saint, par sa foi opiniâtre,
Et elle a tout compris.

Livrée comme une proie à « tes Trois, à ton Tout »,
Ivre de Plénitude,
Elle a bu à ta coupe et nagé jusqu’au bout
De la Béatitude.

Par cet enfouissement et ce don mutuels
Elle a fait la symbiose
Avec la Trinité, poussant son rituel
Jusqu’à l’apothéose.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]