Aleteia

Vacances : Et si on partait restaurer un édifice religieux ?

©abbayeroyaledumoncel
Partager
Commenter

Il n'y a pas d'âge pour servir une cause, et restaurer le patrimoine en est une ! Alors si vos vacances, celles de vos ados ou de vos étudiants, ne sont pas encore bouclées, voici de fabuleux projets en France et à l'étranger. 

Volontaires et amoureux du patrimoine, ils s’engagent bénévolement pour restaurer églises et abbayes du monde entier. Voyager sur les traces du passé détruit ou laissé à l’abandon pour en restaurer les vestiges, c’est vivre une expérience collective authentique, dans des lieux chargés d’histoire et de spiritualité. De nombreuses personnes de tous âges se retrouvent pour apprendre les savoirs faire de la pierre et du bois dans un esprit de partage.

Deux missions en France, pour les 14-18 ans

© abbayeroyaledumoncel
Abbaye royale du Moncel

 

Dans l’Oise :

Rendez-vous cet été à l’Ancienne Abbaye du Moncel, construite au 14ème siècle et fondée par Philippe IV le Bel. Les bénévoles sont accueillis dans un campement situé dans le parc, sur un site de 6 hectares comprenant 5 000 m² de salles couvertes, et de vestiges du château. Au programme : maçonnerie et taille de pierre pour restaurer la façade Ouest du logis de l’abbesse. Plusieurs périodes de chantiers sont prévues de juillet à septembre et nul besoin d’être expérimenté en maçonnerie pour contribuer à la restauration de l’édifice. En effet, chacun peut se rendre utile à son niveau.

« 40 % des participants reviennent l’année suivante » indique François Berte, directeur de l’Abbaye « parfois les parents des bénévoles que nous accueillons sont eux même déjà venus ». Les bénévoles viennent ici pour plusieurs raisons : servir une cause, restaurer le patrimoine, découvrir un lieu, ou encore pour apprendre les métiers de la charpente et de l’architecture. « On éprouve une grande satisfaction en voyant les travaux réalisés d’une année à l’autre et l’on est fier d’y avoir participé » explique Julien, bénévole en 2016. Une participation financière de 15 euros par jour est demandée. Il s’agit avant tout d’un loisir car des veillées et des jeux sont organisés parallèlement, ainsi que des sorties pour découvrir la région en cas de fortes chaleurs ou de pluie. Renseignements à l’abbaye du Moncel.

En Dordogne :

Direction l’église romane de St Radegonde de Fontroubade, datée du 13ème siècle et inscrite à l’Inventaire Supplémentaire Des Monuments Historiques. Le chantier de rénovation est prévu pour septembre 2017. Au programme : taille de pierre, pose d’enduits et fabrication de charpentes. De grands travaux en perspective pour les personnes qui souhaitent s’investir au service de la conservation du patrimoine. Ces différents projets sont encadrés par l’association du Club du Vieux Manoir.

Des missions à l’étranger

En Arménie :

Découvrez la cathédrale de Zvartnots en Arménie, dont le projet de volontariat a été sélectionné par l’UNESCO, pour son programme de 2017. L’un des principaux objectifs est de sensibiliser à la nécessité de protéger, préserver et promouvoir le patrimoine culturel et naturel. Votre mission sur place est la préservation des ruines de cette cathédrale, qui fût construite au milieu du 7ème siècle. Située à 20 km de la capitale Erevan, dans la province d’Armavir, ce monument, qui  incarne les traditions séculaires de l’architecture arménienne, a malheureusement été détruit par un puissant tremblement de terre au 10ème siècle.

C’est l’occasion de rencontrer des volontaires locaux et de parler différentes langues. Les activités pour les bénévoles consistent dans l’entretien des ruines, l’élimination des mauvaises herbes, mais aussi en des activités culturelles dont l’initiation aux danses arméniennes. L’hébergement est organisé dans une maison d’hôtes sur le site archéologique. Renseignements, cathédrale de Zvartnots.

En Russie :

Situé dans la région de Moscou, le monastère Donskoï est l’un des plus anciens monastères chrétiens russes, fondé en 1593 à l’endroit où se trouvait une église qui exposait l’icône de Théophane le Grec. Il abrite aujourd’hui des oeuvres d’art russe et des sculptures funéraires. Au programme pour ce chantier : la restauration de l’une des tours carrées qui ceinturent l’édifice. Des travaux de maçonnerie et de déblaiement sont également prévus sous la conduite d’artisans spécialisés.

© Pavel Shishmarev
Monastère Donksoi

L’association VOOPIK lance ses premiers chantiers de bénévoles pour la restauration du patrimoine sur ce site, en partenariat avec l’association française Rempart à laquelle il faut s’adresser pour s’inscrire. Des frais de participation 100 euros sont demandés pour ce chantier qui aura lieu du 17 au 28 juillet 2017. L’hébergement a lieu dans de confortables petits dortoirs, avec douches, eau chaude et repas compris. Pour s’y rendre un visa doit être délivré par l’ambassade de Russie.

© Pavel Shishmarev
Monastère Donksoi

Si ce chantier est recommandé aux personnes plus aguerries, beaucoup d’autres sont accessibles à ceux qui n’ont aucune expérience, « nous proposons plusieurs sessions de chantiers archéologiques en Espagne et en Roumanie. Il y a plus d’une façon de passer son été sur les chantiers proposés par Rempart à l’international ! » explique Fabrice  Duffaut, chargé de relations internationales au sein de l’association.

Quelques conseils pratiques

Pour la convivialité au sein du campement, il est bienvenu d’apporter dans ses bagages une spécialité de chez soi, des friandises ou même de préparer une chanson. Veillez à prendre avec vous une trousse à pharmacie et de quoi se protéger des piqûres d’insectes. Sur place, il faut être attentif à l’eau consommée, boire de l’eau en bouteille et s’il n’y a pas d’autre choix, utiliser des pastilles de décontamination qui s’achètent en pharmacie ou chez Décathlon avant le départ. Autre indispensable, le « chèche » ou foulard qui sert à tout : se couvrir, se sécher, se moucher ou encore se protéger du soleil.

Pour une personne qui s’apprête à vivre un chantier pour la première fois, nous conseillons de partir avec une grande ouverture d’esprit, de la curiosité, l’envie de faire des rencontres et une capacité d’adaptation, ces voyages invitent à changer les habitudes du quotidien, il faut donc savoir se laisser aller à une perception du temps différente et à une autre culture.

La restauration du patrimoine religieux s’est en grande partie développée grâce au volontariat, au mécénat et aux subventions publiques (UNESCO, Mission universelle). Les appels aux dons et les projets de financements y contribuent également, dont le site de financement participatif chrétien, nommé credofunding .

Tags:
tourisme
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]