Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Devenir incollable sur le dresscode d’une audience avec le Pape

CHIRAC ET JEAN PAUL II
AFP PHOTO / LUCCIANO MELLACE
Partager

Suivre le protocole est une manière de faire preuve de respect pour la personne qui vous reçoit. Elle constitue en soi un signe d'humilité et de bienséance devant quelqu'un de plus important d'un point de vue hiérarchique, fort du milliard de catholiques qu'un souverain pontife représente.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

S’il est certain que le pape François a réduit le protocole à sa plus simple expression depuis le début de son pontificat, des règles fondamentales de bienséance et de respect subsistent néanmoins au Vatican. C’est le cas du code vestimentaire en vigueur dans la petite cité-État, à ne pas négliger pour les chanceux qui auront l’honneur de participer à une audience papale.

Ce dresscode s’adresse en premier lieu aux chefs d’État et établit des différences entre les visites d’États formelles et les visites privées.

Cliquez sur l’image pour démarrer le diaporama :

Pour les femmes

Il s’agit d’avoir les épaules ainsi que le décolleté couverts. Robes et jupes doivent descendre au-dessous du genou. Les chaussures doivent être fermées. Il est recommandé de porter un voile noir ou une mantille. Les bijoux doivent être discrets.

Il est recommandé de porter du noir et seules 7 femmes au monde bénéficient actuellement du « privilège du blanc » : leur rôle ou leur statut les autorise alors à porter du blanc. Ce privilège est offert aux reines de pays catholiques, ou dans certains cas (à la discrétion du souverain pontife) aux épouses des dirigeants de pays catholiques.
Ainsi, le 24 mai dernier, l’épouse du président américain Melania Trump était vêtue de noir et portait une voilette, comme l’avait fait avant elle l’épouse du précédent chef d’État américain, Michelle Obama. La reine Mathilde de Belgique, quant à elle, était habillée en blanc lors de sa dernière visite, avec un voile de la même couleur.

Pour les hommes

Le protocole du Vatican s’est quelque peu allégé au cours des dernières décennies. Auparavant, il leur était demandé de porter l’habit. Nommé « cravate blanche » par les services protocolaires, l’habit — ou frac — se caractérise par un veston à queue de pie, aux revers de soie, à crans aigus, qui ne se boutonne pas à la taille. Il se porte généralement avec un chapeau haut de forme et des souliers richelieus noirs. Le pantalon arbore deux galons de satin sur le côté. La chemise est le plus souvent à col cassé et blanche comme le nœud papillon, le gilet en piqué de coton et les gants. Les insignes complets de décorations « pendantes » sont portés avec cette tenue de cérémonie. Désormais, un costume de couleur sombre assorti d’une cravate de couleur sobre suffit. Il est également possible pour les visiteurs de porter l’habit traditionnel de leur pays d’origine.

Pour tous

Avant de s’adresser au Pape, il faut s’incliner puis recevoir sa main de sorte que son anneau, symbole de son autorité en tant que successeur de Pierre, puisse être embrassé. Les non-croyants, s’ils ne souhaitent pas baiser l’anneau, peuvent faire preuve du respect que mérite tout chef d’État en lui serrant la main. Il n’est pas souhaitable d’embrasser le Pape sur la joue même s’il s’agit d’une pratique courante dans le pays d’origine du visiteur (ou du Pape lui-même qui s’y refuse de moins en moins, « à l’argentine » ). On s’adresse au Pape en l’appelant « Très Saint-Père » puis « Votre Sainteté » à la troisième personne.

Il peut également être utile de savoir comment s’adresser en bonne et due forme aux personnes susceptibles d’accompagner le Pape. Les cardinaux sont reconnaissables à leur calotte rouge et se font appeler « Votre Éminence ». Les cardinaux qui accompagnent le Pape sont placés selon le protocole : le cardinal le plus ancien se tient au plus près du Pape. Pour s’adresser aux évêques, on emploie les termes « Votre Excellence ».

Naturellement, ces codes et ces protocoles sont susceptibles d’évoluer avec le temps et varient même en fonction de la personnalité de celui qui occupe le Trône de Pierre. Le pape François a par exemple pour habitude de porter des chaussures noires (au lieu des traditionnelles mules rouges), et privilégie les franches poignées de main au fait de tendre sa main pour le traditionnel baiser de l’anneau. En bon Argentin, il a également tendance à saluer les personnes par un baiser, comme cela s’est vu à maintes reprises lorsqu’il rencontre des personnes âgées, des malades ou des personnes qui lui sont proches. Quand il fait référence à lui-même dans des homélies ou lors de sessions de questions-réponses informelles, il se désigne simplement comme « Père » – comme n’importe quel autre prêtre.

Le « privilège du blanc » est également plus difficile à établir qu’il ne l’était précédemment. À l’origine, c’était un signe de gratitude visant à remercier des pays fidèles à l’Église. Mais les monarchies actuelles ne sont plus tellement attachées à la religion, et nombreux sont les dirigeants de pays catholiques à ne plus l’être eux-mêmes. Les règles peuvent donc changer, mais le protocole ainsi que le code vestimentaire demeurent une preuve de courtoisie, d’humilité, de politesse et de respect.

Tags:
protocole
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]