Aleteia

Qui sont les 7 femmes qui ont le droit de porter du blanc devant le Pape ?

AFP PHOTO / FILIPPO MONTEFORTE
La princesse Charlene de Monaco lors d'une audience privée avec le pape François au Vatican le 18 janvier 2016
Partager
Commenter

Alors que les femmes qui rendent visite au Pape doivent se vêtir de noir, une disposition protocolaire issue d'une tradition appelée « le privilège du blanc », en autorise seulement sept dans le monde à s'habiller de blanc. Qui sont elles ? 

La première visite du président américain Donald Trump et de son épouse Melania au pape François a attiré l’attention de la presse internationale pour les raisons les plus variées. Les commentateurs étaient bien sûr à l’affut de la moindre expression d’une divergence de points de vue sur les plans politiques ou économiques mais pas seulement. La question sensible du choix vestimentaire de la Première dame comme de la « Première fille » du président, Ivanka, a fait couler beaucoup d’encre…

Alessandra Tarantino | POOL | AFP
Le pape François marche devant la Première dame Melania Trump et sa fille Ivanka Trump à la fin de son audience privée avec Donald Trump, le 24 mai 2017

 

Le Saint-Siège n’impose plus de code vestimentaire, mais suggère un protocole pour les visites d’État des grands dirigeants de la planète, comme pour les visites des ecclésiastiques, des journalistes et des simples fidèles reçus en audience par le souverain pontife. Dans le cas des femmes membres des délégations officielles, le protocole exige longue robe noire et col haut, manches longues et coiffe noire. Cependant, pour des raisons historiques, certaines reines catholiques ou souveraines catholiques consorts ont la liberté d’employer le noir mais bénéficient d’un « privilège du blanc », une prérogative spéciale accordée et maintenue à la discrétion du Pape. À l’heure actuelle, il n’y a que quatre reines et trois princesses catholiques, épouses de rois, de monarques émérites ou de princes, qui se voient accorder le « privilège du blanc » :

Paola Ruffo di Calabria, épouse d’Albert II de Belgique, 6e reine des Belges de 1993 à 2013 ;
Mathilde d’Udekem d’Acoz, épouse de Philippe de Belgique, 7e et actuelle reine des Belges ;
Letizia Ortiz Rocasolano , épouse de Philippe VI d’Espagne, reine consort d’Espagne depuis 2014 ;
Sophie de Grèce, épouse de Juan Carlos Ier d’Espagne, reine consort d’Espagne de 1975 à 2014 ;
Marina Ricolfi Doria, épouse du « prince de Naples », Victor-Emmanuel de Savoie, « princesse de Naples », « duchesse de Savoie » ;
María Teresa Mestre, épouse du grand-duc Henri de Luxembourg, grande-duchesse consort de Luxembourg, duchesse de Nassau, princesse de Bourbon-Parme ;
Charlene Wittstock, épouse du prince souverain Albert II de Monaco, princesse consort de Monaco.

Selon la tradition, les reines d’Espagne portent la peineta sous la mantille blanche. Il s’agit d’un grand peigne d’écaille ou de nacre, glissé dans un chignon porté haut.

ANDREAS SOLARO / AFP
Le pape François salue le roi d'Espagne Juan Carlos Ier et la reine Sofia. Ils sont suivis par le roi des Belges Albert II et la reine Paola après la messe de canonisation des papes Jean-Paul II et Jean XXIII, Place Saint-Pierre, Vatican 27 avril 2014

 

La tradition qui consiste à porter des vêtements sombres devant le souverain pontife vise à honorer sa fonction plus que la personne qui l’incarne. Elle n’est plus absolue et plusieurs femmes chefs d’État ou épouses de chefs d’États et de gouvernement ont été reçues par les papes sans être vêtues de noir ces dernières années. Ce fut le cas, par exemple, des anciennes présidentes de la République d’Irlande Mary Robinson — vêtue de vert sombre pour rencontrer le pape Jean Paul II — ou Mary McAleese, reçue « en cheveux » par le pape Benoît XVI. L’ancienne première dame d’ex-Union soviétique, Raíssa Gorbachova, a participé en tailleur coloré à toutes ses audiences avec Jean Paul II. L’épouse du président du Cameroun déroge aussi fréquemment au protocole pour la plus grand joie des observateurs comme des Saints-Pères Benoît XVI ou François qui lui ont toujours réservé ainsi qu’à sont époux un accueil aussi chaleureux que ses tenues sont spectaculaires.

Vincenzo PINTO/AFP
Le pape François en compagnie du président du Cameroun, Paul Biya, et de son épouse Chantal, à l'issue d'une audience privée au Vatican, le 23 mars 2017

 

À plusieurs reprises, les reines et les princesses éligibles au « privilège du blanc » choisirent de ne pas exercer ce droit en se vêtant de noir dans un geste de respect pour le Saint-Père.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]