Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Pape François : « Semer le désespoir n’est pas chrétien ! »

Partager
Commenter

À quelques jours de la Pentecôte, à l’audience générale, le Saint-Père revient sur les liens entre l’Esprit saint et l’espérance chrétienne.

« Semer l’amertume, semer le désespoir n’est pas chrétien (…) les hommes ont besoin d’espérance pour vivre et de l’Esprit saint pour espérer, a déclaré le pape François à l’audience générale de ce mercredi 31 mai. Poursuivant sa série de catéchèses sur l’espérance chrétienne, le Saint-Père est parti de la fête de la Pentecôte, célébrée dimanche prochain, pour expliquer « la puissance de l’Esprit saint » sur les hommes, une puissance qui rend capable « d’espérer contre toute espérance », et en dignes « héritiers de Dieu » d’être des « semeurs d’espérance », à savoir des « consolateurs et des défenseurs de nos frères, en particulier des pauvres et des exclus ».

Étaient présents à l’audience, plus de 25 000 personnes, soit plus que d’habitude. À l’approche du weekend de la Pentecôte, près de 30 000 membres du Renouveau Charismatique viendront à Rome pour leur jubilé d’or. Le Saint-Père a voulu s’impliquer personnellement dans leur jubilé, en organisant un grand rassemblement œcuménique qui accueillera aussi des représentants du monde évangélique et pentecôtiste. Après sa catéchèse, François a salué plusieurs milliers de leurs membres déjà présents dans la ville. Parmi eux des groupes de la Communauté de l’Emmanuel et de la Fraternité Pentecôte, composés respectivement de 300 et 900 personnes, rapporte l’agence I-Media.

L’espérance comme la « voile » d’un bateau

Au cours de sa catéchèse le Pape a fait le lien entre l’Esprit saint et l’espérance chrétienne. « Frères et sœurs, à proximité de la Solennité de la Pentecôte, nous nous rappelons que l’espérance est comme une voile ; elle recueille le vent de l’Esprit et le transforme en force motrice qui pousse le bateau, selon les cas, vers le large ou le rivage », résume le Saint-Père dans sa catéchèse en français pour les pèlerins francophones. En toile de fonds, les vœux de l’apôtre Paul dans sa Lettre aux Romains (15-13) : que les hommes « débordent d’espérance par la puissance de l’Esprit saint » car, a expliqué le Pape,  ils « ont besoin d’espérance pour vivre et de l’Esprit saint pour espérer ». En Italien, le souverain pontife a rappelé que l’espérance et la joie se conjuguent ensemble, mais « la joie d’espérer et non espérer la joie ». Et de citer le vieux dicton populaire « tant qu’il y a de la vie il y a de l’espoir » dont le contraire vaut également : « tant qu’il y a de l’espoir il y a de la vie ». L’espérance est « invincible », nous explique Paul (Rm 8,16), elle « ne déçoit pas » car « l’amour de Dieu s’est reversé dans nos cœurs grâce à l’Esprit saint qui nous a été donné et nous pousse alors, en nous, à aller de l’avant, toujours, a poursuivi le Pape.

Semeurs d’espérance

Mais l’Esprit saint ne rend pas seulement l’homme capable d’espérer, mais d’être aussi un « semeur d’espérance », d’être « comme lui et grâce à lui » un « paraclet » capable de consoler et défendre ses frères, de « semer de l’huile d’espérance, le parfum de l’espérance, pas du vinaigre d’amertume et de désespoir ». C’est ce que doit être un bon chrétien, a ainsisté le Pape : « Un défenseur et un consolateur » auprès des plus nécessiteux, de ceux qui souffrent le plus, des exclus. Et c’est ce que veut rappeler la fête de la Pentecôte qui est aussi « l’anniversaire de l’Église », a-t-il conclu.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]