Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Baccalauréat : mais pourquoi allumer un cierge pour son enfant ?

CIERGES A L'EGLISE
© Shutterstock
Partager

On souhaite tous la réussite de nos enfants. Mais allumer un cierge avant un examen est-il pour autant nécessaire ? Que signifie, dans le fond, cette prière de la dernière chance ? 

Combien de catholiques raisonnables se jettent à corps perdu dans la piété populaire, le matin des examens de leurs enfants ? Il y en a même qui « empruntent » discrètement d’anciens cierges pascals à la sacristie de leurs églises, qu’ils allument dans la pénombre, espérant qu’ils porteront mieux leurs prières. D’autres déposent de magnifiques bouquets au pied de la Sainte Vierge, parce qu’elle sait si bien ce que c’est qu’être mère.

Pourquoi agit-on ainsi ? Il y a des causes plus désespérées, tellement moins égoïstes. N’est-ce pas une façon de faire pression sur Dieu pour l’utiliser à notre service, en lui prêtant des pouvoirs magiques, l’art d’éviter les catastrophes.

Bien sûr, on ne s’en vante pas. Mais, comme des enfants effrayés, nous nous tournons naturellement vers notre Père, notre Dieu. Nous lui demandons à l’avance de nous pardonner cette prière aussi égocentrée. « Mais si tu peux faire un petit quelque chose, c’est le moment », chuchotons-nous en allumant la flamme. Même les bons élèves ont des parents qui prient le matin des examens. On ne peut s’empêcher de craindre le pire pour nos petits chéris.

Alors on se dit : Après tout, c’est Jésus lui-même qui nous l’a si gentiment proposé. « Demandez, on vous donnera. Cherchez et vous trouverez ; Frappez et l’on vous ouvrira. »  (Mt 7,7-11). Et puis, tant pis si on a des doutes. Mais n’était-ce pas une prière un brin intéressée ?

Dieu passe à chaque fois qu’on l’invite

Quand on se pose des questions sur la vérité, la sincérité d’une prière, le mieux c’est de se référer à la base : le Notre Père, cette prière que Jésus nous a apprise. On remarque ainsi que ce n’est que dans la seconde partie, que Jésus nous invite à dire nos besoins, le pain quotidien, le pardon des offenses, l’entrée dans la tentation.

Il y a un avant dans la prière de demande, un avant qui lui donne tout son sens. La première partie du Notre Père, nous invite ainsi à reconnaître que son règne et sa volonté passe avant tout. Ce qui signifie que la réponse de Dieu à nos prières se fait à sa manière, selon son règne à Lui.

Cela change beaucoup de chose. Dieu n’est pas magique. Dieu ne change pas le monde, il transforme ceux qui prient. C’est Lui qui souffle sur nos peurs pour les faire disparaître. C’est Lui qui nous donne l’audace de croire en nos enfants. C’est Lui, encore et toujours, qui nous dit de les aimer de toutes nos forces, quoi qu’il arrive et quelques soient leurs difficultés.

Et c’est Lui qui, de façon mystérieuse, est présent auprès de nos enfants, à chaque minute de leurs vies. Dieu passe à chaque fois qu’on l’invite. Même les prières les plus petites trouvent un écho dans le ciel.

Cette prière-là, murmurée dans l’angoisse, trouve ainsi toujours grâce à ses yeux. Ce qu’Il glisse à notre oreille dans le secret de nos cœurs reste un mystère mais le soir, quand nos enfants rentreront de leurs examens, il nous sera soudain facile de les accueillir, de les féliciter ou de les réconforter. Parce qu’au fond de nous-même, il y aura cette certitude de chrétien : Dieu répond toujours à nos prières, même si l’on est parfois surpris de la réponse.

Il nous dévoilera une facette de nos enfants que nous ne connaissons peut-être pas encore, celle que Lui a vu et qu’Il brûle d’envie de chuchoter à notre oreille, peut-être pas ce qu’on attendait mais… beaucoup mieux. Après tout, être parent, n’est-ce pas être constamment surpris ? Alors laissons-nous surprendre par Dieu, comme nous le surprenons en allumant brusquement d’énormes cierges, nous qui sommes d’habitude si mesurés.

Anne Isabelle de La Chapelle

Tags:
prière
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.