Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment retrouver du temps pour les autres ?

JEUNE FEMME QUI REGARDE SA MONTRE
© Shutterstock
Partager

Dans une société où la suractivité est devenue la norme, il est parfois difficile de trouver quelques instants à consacrer à ses proches. Comment dégager du temps pour ces moments si précieux ?

Qui n’a jamais eu l’impression de courir après le temps, de ne pas avoir une minute pour souffler entre les différents impératifs et les urgences de la journée ? Selon une étude internationale de l’ObSoCo menée entre fin 2015 et mai 2016, 74 % des répondants estiment que le rythme de vie dans la société actuelle est trop rapide. Et 90 % aimeraient revoir leur organisation pour consacrer plus de temps à leurs proches. Diane Ballonad Rolland, consultante en organisation et gestion du temps, auteure de l’ouvrage Magical Timing, donne quelques pistes pour retrouver du temps pour les autres.

Pourquoi ai-je l’impression d’être débordée ?

La gestion du temps et sa réappropriation ne sont pas des problématiques nouvelles, souligne Diane Ballonad Rolland. Pour preuve, Sénèque en son temps avait déjà écrit un texte sur le sujet, qui n’a pas pris une ride ! Mais, reconnaît-elle, depuis une vingtaine d’années, les nouvelles technologies de l’information et de la communication ont contribué à cette accélération du temps que nous sommes nombreux à ressentir.

L’augmentation de la charge de travail, l’intensification des rythmes sont aussi en cause. « Tout circule beaucoup plus vite aujourd’hui, nous avons accès à une multitude d’informations et forcément, nous sommes amenés à nous engager dans beaucoup plus d’activités qu’à une époque. Parce que les possibles sont démultipliées », explique Diane Ballonad Rolland. La difficulté ? « S’auto-réguler, prendre conscience qu’on a des limites ! »

Quand dois-je penser à ralentir le rythme ?

Le besoin de ralentir peut s’exprimer différemment d’une personne à une autre, indique Diane Ballonad-Rolland. Il peut être insidieux, il part parfois simplement du constat que l’on n’a plus une minute pour les petits détails, les petites attentions. « Chez certaines personnes, cela peut se manifester par le fait d’être moins disponible, moins patient, de s’énerver facilement… ce sont des petits signes qui doivent alerter », ajoute Diane Ballonad Rolland.

Pour retrouver du temps pour ses proches, préserver au maximum ses fins de journées

Préserver sa sphère familiale est très important pour l’équilibre personnel. « Mais aujourd’hui, avec les nouvelles technologies, il y a un effacement des frontières entre la vie professionnelle et la vie personnelle, c’est d’autant plus vrai lorsqu’on est indépendant, ou chef d’entreprise, ou qu’on travaille de chez soi », déplore Diane Ballonad Rolland.

Alors dans ces journées souvent surchargées, comment dégager un peu de temps pour se retrouver ? « Il faut essayer pour cela de simplifier son quotidien. Certes, cela a l’air facile dit comme cela : ‘il suffit de’, ‘il n’y a qu’à’, alors que ce n’est pas toujours évident » reconnaît-elle.

On peut, par exemple, essayer d’agir sur ses fins de journée ; l’idéal serait d’éviter de s’imposer trop d’exigences sur cette période qui permet véritablement de souffler et de décompresser. Bien sûr, certaines tâches sont incontournables, mais il faut veiller autant que possible à les simplifier et regarder concrètement ce qu’on peut alléger au maximum. «  Ce dernier point dépend de chaque personne, précise Diane Ballonad Rolland. On peut décider par exemple de faire plus simple en terme de repas, en semaine, parce que l’on va rentrer plus tard. On peut ne pas donner un bain tous les soirs à ses enfants, se contenter d’une douche, plus rapide… Le temps économisé doit être consacré à souffler, récupérer, et même ne rien faire ensemble, sinon se retrouver. Souvent, le frein est que l’on a du mal à se l’autoriser ! »

Accorder quelques instants de vraie attention aux autres

Nous sommes dans une société où notre attention vaut de l’or, elle est sollicitée tout le temps et par tout le monde, remarque Diane Ballonad Rolland.

Dans ces conditions, cela devient au final difficile de consacrer de l’attention à notre entourage. Il est pourtant primordial de leur accorder, non pas une attention en continu, mais de petites bulles d’attention. L’objectif est d’être totalement présent à l’autre sur des temps précis, que chacun peut définir. « Par exemple, faire un câlin le matin à son enfant, en pleine conscience, être pleinement présent pour lui à ce moment là, cela ‘remplit’ de positif pour la journée », affirme Diane Ballonad Rolland.

Se réapproprier son temps est un processus au long cours, prévient toutefois Diane Ballonad Rolland, et c’est avant tout une démarche personnelle, il n’y a pas une seule façon de faire. Cela passe par des tâtonnements, des petits pas. N’hésitez donc pas à expérimenter pour trouver l’équilibre qui vous convient le mieux.

Magical Timing

> Magical Timing, 12,95 euros, Rustica Editions.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.