Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 20 juin |
Saint Silvère
home iconTribunes
line break icon

Comment trouver de la quiétude dans un monde anxiogène ?

Moine, silence, prière

Moment de prière dans la chapelle. Moine bénédictin de Notre-Dame de la Sainte-Espérance, Le Mesnil Saint-Loup, Aube (10), France. ©Thomas LOUAPRE/CIRIC

The Catholic Gentleman - Sam Guzman - Publié le 26/04/17

Le monde est en agitation. Partout, les gens crient, « la paix, la paix. » Mais il n'y a pas de paix. Nos cœurs sont remplis de colère, d'envie, de violence et d’angoisse. Chaque jour, un torrent tumultueux et rempli de mots et d’émotions jaillit des réseaux et des médias.

Nous sommes assoiffés de repos, de tranquillité, mais nous ne les trouvons nulle part. Dans leur désespoir, certains imposeraient même la paix par la force, en soumettant leurs ennemis idéologiques. Les bouleversements du monde ne sont pas aléatoires. Ils sont tout simplement le reflet du vide et des aspirations futiles de nos cœurs. L’apôtre saint Jacques avait diagnostiqué les maux de notre temps : d’où viennent les guerres, d’où viennent les conflits entre vous ? N’est-ce pas justement de tous ces désirs qui mènent leur combat en vous-mêmes ? Vous êtes pleins de convoitises et vous n’obtenez rien, alors vous tuez ; vous êtes jaloux et vous n’arrivez pas à vos fins, alors vous entrez en conflit et vous faites la guerre. (Jc 4, 1-2) Nos passions se déchaînent, et elles nous tuent.

L’ordonnance de saint Paul

Le chemin du monde est le chemin de l’anxiété et de la mort, mais le chemin du Seigneur est le chemin de la paix et de la vie. L’ennemi de nos âmes est celui qui sème l’inimitié et la haine, et qui lutte en nous montant les uns contre les autres. La seule solution pour avoir la paix dans le monde est de trouver la paix dans nos cœurs.

Nous avons cette tendance naturelle à croire que notre temps est le pire qui n’ait jamais existé. Pourtant, saint Paul a vécu une époque plus difficile que la nôtre. Son monde était en agitation, avec les autorités juives qui persécutaient l’Église naissante, les hérésies qui envahissaient de tous côtés, et les chrétiens qui se disputaient entre eux et se divisaient. Dans ces circonstances difficiles, saint Paul a travaillé inlassablement pour prêcher l’Évangile, une tâche apparemment impossible.

Partout où il allait, il rencontrait l’adversité. Il était sans relâche persécuté, battu, lapidé et laissé pour mort, affamé, naufragé, emprisonné et calomnié. Si quelqu’un avait le droit d’être inquiet et découragé, c’était bien saint Paul.

Mais il ne l’était pas. Malgré les mers orageuses qu’il a rencontré, métaphoriquement et littéralement, saint Paul avait toujours la paix dans son cœur. Dans sa Lettre aux Philippiens, il présente son ordonnance pour garder la paix de l’âme dans les temps troublés.

« Soyez toujours dans la joie du Seigneur ; je le redis : soyez dans la joie. Que votre bienveillance soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, priez et suppliez, tout en rendant grâce, pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.Enfin, mes frères, tout ce qui est vrai et noble, tout ce qui est juste et pur, tout ce qui est digne d’être aimé et honoré, tout ce qui s’appelle vertu et qui mérite des éloges, tout cela, prenez-le en compte. Ce que vous avez appris et reçu, ce que vous avez vu et entendu de moi, mettez-le en pratique. Et le Dieu de la paix sera avec vous. »

Soyez toujours dans la joie

Le premier encouragement de saint Paul, c’est d’être dans la joie. Soyez joyeux. Laissez votre joie resplendir sur votre visage. Ne vous laissez pas décourager ou démoraliser.

Mais comment, pourriez-vous vous demander, peut-on être joyeux quand il y a tant de douleur et de souffrance dans le monde ? C’est souvent plus facile à dire qu’à faire. La réponse est simple parce que nous servons un Dieu bon, qui aime l’humanité, et qui a piétiné la mort par sa propre mort sur la Croix. Nous nous réjouissons parce que nous savons que même si nous sommes tous les jours entourés par la mort, nous servons Jésus-Christ, qui a vaincu la mort en mourant – et est ressuscité victorieusement pour ne plus mourir. C’est en rencontrant le Christ ressuscité, plus particulièrement dans l’Eucharistie, que nous faisons l’expérience de la joie de sa victoire.

La joie n’est pas une option pour les chrétiens. Dans une autre lettre, saint Paul nous dit « rendez grâce en toute circonstance : c’est la volonté de Dieu à votre égard dans le Christ Jésus » (1 Th 5, 18). Rendons grâce en toutes circonstances. Non pas en trouvant quelque chose de positif pour être heureux au milieu du désordre. Même s’il n’y a rien de mal à cela, il vaut mieux rendre grâce pour les tribulations en elles-mêmes. C’est le chemin sûr pour être joyeux, et la plus haute forme d’action de grâces. Le chemin de la paix, c’est d’être joyeux même au milieu des épreuves. Mais cela est possible seulement avec la grâce de Dieu. 

Deuxièmement, saint Paul nous invite à être doux. La douceur n’est pas beaucoup valorisée dans le monde arrogant et machiste d’aujourd’hui. La violence ponctue les journées. Mais elle ne devrait jamais caractériser les disciples du crucifié, qui devraient être connus au contraire pour leur docilité, leur humilité et leur douceur envers tous, spécialement envers ceux qui nous haïssent ou nous méprisent — nos ennemis. Ne rendez pas le mal pour le mal, peu importe à quel point cela est tentant. Mais bénissez plutôt ceux qui vous offensent et qui vous persécutent, et priez pour eux, afin que vous puissiez être vraiment les enfants de Dieu, non pas seulement en paroles, mais en actions. La paix commence dans des cœurs remplis de paix, et non pas remplis de vengeance et de condamnation.

La troisième chose à laquelle saint Paul nous exhorte est la prière. C’est seulement en ouvrant nos cœurs au Seigneur Dieu que nous trouverons la paix. Un saint homme a dit, et je paraphrase, que la recherche de la paix à l’extérieur est insensée. Le seul endroit paisible sur la terre, c’est un cœur où le Seigneur est présent. C’est seulement quand nous serons en communion avec le Prince de la Paix dans la profondeur de notre cœur, que nous trouverons la paix à laquelle nous aspirons si désespérément.

Comment pouvons-nous arriver à connaître le Christ ? Comment pouvons-nous demeurer en lui comme les branches demeurent attachées à la plante ? Par la prière. « Priez sans cesse », nous dit saint Paul dans une de ces lettres. La prière est l’accord du cœur à Dieu. Plus nous prenons conscience de sa présence, plus nos cœurs seront en paix.

Pour conclure, nous sommes invités à remplir notre esprit de ce qui est bon et vrai.Trop souvent, nous pensons que le divertissement est inoffensif. Nous croyons que nous pouvons consommer tout ce que nous voulons. Mais c’est faux. Nous communions avec ce que nous consommons. Cela devient une partie de nous. Regarder sans cesse la violence et la débauche à la télévision n’est pas sans danger. De même, regarder pendant 24 heures les infos remplies du pire de ce que l’humanité peut offrir est une recette rapide pour s’angoisser.   

Saint Paul est clair : ne vous attardez pas sur ce qui est mal. Vous prenez cette connaissance en vous-même et cela devient une partie de vous. Vous ne pouvez pas non plus vous attendre à trouver la paix en remplissant votre esprit d’images horribles diffusées sans cesse sur les réseaux. Attardez-vous plutôt sur ce qui est bon et saint. Lisez, regardez et consommez ce qui élèvera votre esprit et qui remplira votre cœur de paix, pour que vous deveniez ce que vous contemplez.

Solutions du Ciel pour les problèmes de la terre

Les solutions de saint Paul ne sont pas de ce monde. Le monde vous dit de vous protéger à tout prix. Faites des réserves d’armes. Criez, manifestez avec violence. Écrivez des éditoriaux acerbes et polémiques. Signez des pétitions et intimidez. Moquez-vous et humiliez les autres. Et pourtant, ces faux remèdes ne sauront jamais apporter la paix, mais seulement plus de vide, de douleur et d’angoisse. Ils sont un avant-goût de l’enfer.

Le chemin du Seigneur est le chemin de la paix. Réjouissez-vous. Soyez doux. Priez. Pensez à ce qui est bon. Et le Dieu de la paix sera toujours avec vous. 

Tags:
anxiétépaix
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
COUPLE, LOVE, SMILE
Edifa
Ces petits gestes d’amour sont plus importants que des « Je t’aim...
2
Agnès Pinard Legry
Les punchlines de Mgr Aupetit face à Jean-Jacques Bourdin
3
NEWBORN
Mathilde de Robien
Douze prénoms de pape vraiment canon pour un petit garçon
4
Timothée Dhellemmes
[Vidéo] Guillaume Warmuz, l’ancien footballeur qui a répondu à l’...
5
Anna Gebalska-Berekets
Ces paroles à dire (et à ne pas dire) à un proche atteint du canc...
6
Wedding engagement ring - Woman
Edifa
Doutes sur son mariage : Dieu voulait-Il pour moi ce conjoint&nbs...
7
avgustin irena maucec
La rédaction d'Aleteia
Augustin et Irène, 25 ans de fidélité malgré le handicap
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement